mardi,24 novembre 2020
Accueil A La Une CEMAC: l'Éco, monnaie d’échange contre la dévaluation du FCFA?

CEMAC: l’Éco, monnaie d’échange contre la dévaluation du FCFA?

De la crise pétrolière de 2014 à la pandémie de Covid-19 de 2020, les pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) ont connu deux des plus graves crises économiques de leur histoire. Résultat, la situation monétaire s’est fortement dégradée faisant peser de nombreux risques de dévaluation, entraînant selon plusieurs sources, le passage forcé du FCFA à l’Éco en zone CEMAC évoqué récemment.

Comme le révèlent de nombreuses confidences d’officiels camerounais relayées par plusieurs investisseurs étrangers et rapportées par l’agence Ecofin, « les 6 pays de la zone Cemac et la France auraient conclu un accord secret pour passer du FCFA à l’Éco ». Rien d’étonnant, serait-on tenté de dire, au regard de l’avènement de cette monnaie en Afrique de l’Ouest, mais que cache réellement ce passage en force de l’Éco aux allures de monnaie d’échange contre la dévaluation en Afrique centrale?

En effet, intervenant dans un contexte particulièrement délicat où la zone euro a enregistré entre avril et juin un plongeon historique de 12,1% de son PIB, où la France partenaire historique et privilégié des pays de la zone Franc devrait passer de la 6ème à la 10ème place parmi les puissances mondiales selon les projections de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, ce passage du CFA à l’Éco peut révéler une volonté de maintenir le contrôle sur une des zones les mieux pourvues en matière de ressources naturelles (pétrole, manganèse etc.).

Avatar ou simple clown du franc CFA, l’Éco boudé par la première puissance africaine le Nigéria, qui estime que la future monnaie unique ne remplit pas encore les critères de convergence établis dans la feuille de route, pourrait donc être implémentée dans une zone CEMAC en manque de réel leader. Confié à la BEAC sous la supervision de l’Union Monétaire d’Afrique Centrale (UMAC) en novembre 2019, ce projet n’attend désormais plus que la signature du président camerounais Paul Biya, en sa qualité de président en exercice de la Cemac selon plusieurs sources.

Stigmatisant une sous région qui malgré des perspectives de croissance à moyen terme favorables avant la pandémie du Coronavirus, reste largement dépendante de la production et l’exportation de matières premières extractives et donc par conséquent vulnérable aux chocs externes, cette situation révèle un mal profond. Si « l’Éco a donc effectivement fait écho en Afrique centrale » comme le soulignait le Pr. Daniel Ona Ondo, président de la commission de la CEMAC début février, son arrivée imminente en Afrique centrale risque de faire couler encre et salive.

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion