mercredi,28 octobre 2020
Accueil A La Une CEMAC : des intrigues en passe de faire perdre au Gabon la...

CEMAC : des intrigues en passe de faire perdre au Gabon la présidence de la commission

Alors que se tiendra ce vendredi 22 novembre 2019, à Yaoundé au Cameroun, le Sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), l’avenir du président de la Commission de cette institution, Daniel Ona Ondo, se dessinerait en dents de scie. Pour cause, de nombreuses récriminations concernant sa gestion se font de plus en plus sentir dans les couloirs de cette institution communautaire dont il a la charge depuis le 17 février 2017. 

« Gestion unilatérale et sans concertation», « opacité aux conséquences désastreuses », ou encore « musèlement des fonctionnaires, recrutements opaques et promotions familiales », tels sont les griefs faits à l’actuel président de la Commission de la Cemac. Des accusations balayées d’un revers de la main par des proches de l’ancien Premier ministre gabonais qui y voient une machination visant à salir son image pour s’emparer de ce poste éminemment stratégique dans la sous-région. 

En effet, tout serait parti d’une note écrite par la vice-présidente de la commission, Fatima Haram Acyl, ancienne membre de la commission de l’Union africaine, désignée par le Tchad au sein de l’institution sous-régionale, largement relayée par des médias en l’occurrence l’Agence Ecofin aux termes de laquelle cette dernière s’indignait du traitement peu compatible avec les statuts de la CEMAC que lui applique son premier responsable.

Pis, il serait reproché au Pr Daniel Ona Onda d’avoir effectué des recrutements aux relents familiaux, en intégrant ses enfants et d’autres parents très proches. Des allégations soutenues par un tract d’un supposé “collectif des fonctionnaires de la Commission de la Cemac” qui laisse clairement apparaître un timing pour le moins suspicieux de ces dénonciations qui interviennent quelques jours avant le sommet des chefs d’Etat. 

Pour un haut fonctionnaire ayant ses entrées au sein des institutions de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale, « la corde est trop grosse pour y croire ». « Il faut dire que le poste qu’occupe actuellement le Pr Daniel Ona Ondo est très stratégique et il ne faudrait pas exclure que ces informations distillées dans certains médias n’ont d’autres but que de ravir ce poste au Gabon », a-t-il confié à Gabon Media Time. 

Concernant les supposées accusations portées contre le président de la Commission de la CEMAC, une de ses proches estime que celles-ci sont sans fondement et dénuées de sens. « Par exemple la fille du président  citée dans cette lettre n’a jamais été nommée à la commission. C’est le cas de madame Nyingone qui n’est pas une parente de Monsieur Ona Ondo, mais une Gabonaise. Et la nomination d’Ondo Ngoua s’est faite dans les normes alors que toute la comptabilité de la commission était aux mains d’une seule nationalité », nous a-t-elle confié. 

Elle poursuit en révélant que s’il faut faire le point des nominations familiales, l’opinion serait choquée des agissements en cours au sein des institutions sous-régionales. « La vice-présidente de la commission qui se plaint de Monsieur Ona Ondo est la belle-soeur du président du Tchad. Son prédécesseur, le Congolais Pierre Moussa a laissé trois neveux, deux beaux-frères. Le comptable tchadien a laissé quatre enfants. Alors qui est à l’origine du désordre au sein de l’institution », a-t-elle révélé.

Pour un observateur des arcanes de la Commission, cette affaire a le mérite de montrer au grand jour les intrigues en cours au sein des institutions sous-régionales, chaque pays souhaitant étendre son influence dans chaque instance.  Pour l’heure, l’opinion publique gabonaise restera scotchée aux conclusions du Sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale qui déterminera si oui ou non le Gabon conservera le poste de président de la Commission de la CEMAC.

Laissez votre commentaire

Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion