mercredi,2 décembre 2020
Accueil A La Une Célébration du culte: «l'Église n’a aucune leçon à recevoir du gouvernement»

Célébration du culte: «l’Église n’a aucune leçon à recevoir du gouvernement»

C’est dans une interview accordée à nos confrères de l’hebdomadaire L’AUBE que Monseigneur Mathieu Madega Lebouakehan, l’évêque du diocèse de Mouila et président de la Conférence épiscopale du Gabon a répondu sans détour à Guy Patrick Obiang et Lambert Noël Matha. Ces derniers pendant la conférence de presse gouvernementale relative à l’annonce des mesures d’allègement, avaient expliqué et décliné une nouvelle façon de célébrer le culte dans l’église catholique, prévoyant ainsi un nombre limité et excluant en outre l’eucharistie

L’Église a ses préceptes, ses rituels, et ses assuétudes que seule la confession maîtrise et qui ne sauraient être modifiés, réformés par aucune autre entité si ce n’est l’église ellemême. C’est la réponse incisive certes mais pleine de bon sens, de l’évêque du diocèse de Mouila, au gouvernement gabonais et notamment Rose Christiane Ossouka Raponda et le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur Lambert Noël Matha. 

Cette réalité manifeste, Monseigneur Mathieu Madega Lebouakehan l’explique raisonnement par l’absurde qui met à nu, les ministres de la réflexion des membres du gouvernement et les incongruités conjuguées de Guy Patrick Obiang Ndong et Lambert Noël Matha. « Pensez-vous que c’est le gouvernement qui devra dire comment célébrer ou bien comment initier au Bwiti, au Ndjèmbè, à la Franc-Maçonnerie, à la Rose-Croix ? Ne sont-ce pas les responsables de ces groupes qui organisent les célébrations respectives ? », s’est-il interrogé. 

Une façon d’inviter le gouvernement Ossouka Raponda à se limiter dans son champs d’action tout en se refusant toute immixtion dans des sphères qui ne relèvent pas de ses compétences. Si pour la Franc-Maçonnerie, ou la Rose-Croix les célébrations sont régies par ces organisations elles-même, « pour l’organisation du culte catholique, c’est l’Eglise et l’Eglise catholique seule, qui détermine le rite à célébrer et comment le célébrer, comment donner la communion, comment recevoir les offrandes des fidèles », a-t-il martelé.  

Le culte limité à 30 personnes, la messe sans eucharistie ( sans communion) sont donc ces mesures impopulaires qui vraisemblablement ne seront ni appliquées ni observées dans les églises catholiques. Et le président de la Conférence épiscopale du Gabon, Monseigneur Mathieu Madega Lebouakehan l’a très bien signifié. Qui, au Gabon, ignore notre manière de célébrer ? » « Nous avons des Bréviaires, des Rituels ou Livres liturgiques. Je peux vous citer le Missel romain, le Lectionnaire de semaine et le Lectionnaire du dimanche, sans oublier le Calendrier liturgique, etc », a-t-il précisé. 



Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion