La CDC et Ausar Energy en partenariat pour la construction de 8 centrales solaires hybrides

Le directeur général de la CDC, Herman Nzoundou Bignoumba et le président de Ausar Energy Franck Thierry Tannery © D.R

Dans le cadre de l’amélioration de la desserte en énergie,  la Caisse de dépôts et de consignation (CDC) a procédé ce lundi 6 août 2018 à la signature de deux contrats, l’un portant sur la construction de 8 centrales solaires hybrides avec l’entreprise Ausar Energy, et l’autre sur la mise en location de ces futures infrastructures avec la Société d’energie et d’eau du Gabon (SEEG).



C’est en présence du ministre de l’Eau et de l’Energie, Patrick Eyogo Edzang que s’est déroulée la cérémonie de signature de deux protocoles d’accord dans le domaine de l’énergie. Ainsi en première heure, le directeur général de la CDC, Herman Nzoundou Bignoumba a signé le contrat portant sur la construction de 8 centrales solaires avec l’entreprise Ausar Energy, filiale du groupe français Engie représenté par son président, Franck Thierry Tannery. Puis s’en est suivie la signature du contrat de location avec le directeur délégué de la SEEG, Marcellin Massila Akendengue.

En effet, d’une capacité totale de 2,8 Mégawatts, ces centrales solaires hybrides permettront de promouvoir «une énergie abondante et compétitive mais surtout respectueuse de l’environnement», a souligné le directeur général de la CDC. Principalement réparties dans les villes à l’intérieur du pays (Ovan, Makokou, Booué, Minvoul, Ndjolé, Bitam, Medouneu et Mekambo), les centrales seront construites pour un coût global de 4 milliards de Fcfa par Ausar Energy.

«Sur le plan général, la réalisation de ce projet d’hybridation énergétique permettra aux particuliers installés dans les localités cibles de bénéficier d’une électricité sans crainte de délestage, pour un prix identique tout en réduisant significativement les dégâts sur l’environnement», a relevé Herman Nzoundou Bignoumba.

Le projet de construction de ces barrages s’inscrit dans la droite ligne de la volonté des autorités de fournir un service de qualité à coût réduit, tout en préservant l’environnement en réduisant l’empreinte carbone de plus de 30%. Fruit d’un nouveau Partenariat Public Privé, ce projet permettra selon les signataires «d’obtenir un mix énergétique composé de 80% d’énergies renouvelables à l’horizon 2025».

«Le projet qui vient de faire l’objet de signature de contrat est en parfait accord avec la politique du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba tant au niveau du choix technologique, du mode de production de l’énergie qu’au niveau de sa stratégie de financement», a souligné le ministre de l’Eau et de l’Energie, Patrick Eyogo Edzang.

Laissez votre commentaire