Causerie politique : Plaine-Niger au rythme de la «Résistance»

Ce samedi 24 juin, les populations de Plaine Niger, dans le 4ème arrondissement de Libreville, ont reçu les membres de la Coalition pour la Nouvelle République chapeautée Jean Ping. L’occasion était donc donnée à la Coalition d’entretenir les habitants de ce quartier sur la situation de crise multiforme et multisectorielle que traverse le pays depuis le soir du scrutin présidentiel d’août dernier.

La Coalition pour la Nouvelle République, qui animait en simultané plusieurs causeries dans différents arrondissements de Libreville, a porté aux populations le message d’espérance, de courage au motif de la résistance. Ce message supposé être porté dans toutes les causeries avait pour leitmotiv la nécessité de résister et de réclamer aussi longtemps que possible le respect du verdict des urnes qui «donnait Jean Ping vainqueur de l’élection présidentielle du 27 août 2016».

Accompagné de Philibert Andzembe et de Rachelle Mounguenou, le membre de la société civile, George Mpaga, est revenu longuement sur les événements ayant émaillé de violence le scrutin présidentielle: «Nous savons que le 27 août Ali Bongo a perdu l’élection. Ce constat est attesté par les rapports des organisations internationales qui ont supervisé l’élection, notamment l’Union européenne, l’Union africaine, la Francophonie et les Nations-unies» a t-il relevé.

C’est donc fort de ces différents rapports que ce dernier a clairement martelé qu’Ali Bongo «n’était pas légitime». Sur la situation socio-économique du pays, George Mpaga a souligné que le Gabon traversait une grave crise et que celle-ci était essentiellement due à «l’illégitimité du pouvoir en place». Il a, de ce fait, exhorté les populations à s’organiser afin de faire «tomber ce pouvoir qui mène le Gabon à la ruine».

Par ailleurs, sur la question du dialogue intensifié entre le Gabon et l’Union européenne, processus prévu par les accords de Cotonou, Philibert Andzembe a relevé que cela se fera si «le ministère des Affaires étrangères et l’ensemble des ministères concernés acceptent de discuter»; «je pense que cette étape du dialogue entre le gouvernement gabonais et l’Union européenne aboutira à des résolutions importantes, dès qu’il se tiendra»; a t-il indiqué.

Laissez votre avis