lundi,23 mai 2022
AccueilA La UneCapellogate: la justice annonce de nouvelles arrestations de pédocriminels

Capellogate: la justice annonce de nouvelles arrestations de pédocriminels

Ecouter cet article

Mise en sommeil après la sortie inattendue de Stéphane Nguema et les accusations portées à l’encontre du président de l’association nationale des footballeurs professionnels du Gabon, l’affaire de pédophilie dans le sport roi devrait resurgir sous peu. C’est en tout cas la conviction de la justice gabonaise qui aurait annoncé une énième vague d’arrestations de pédocriminels dans le football et le handball, rapporte L’Union.

L’élection du président de la Fédération gabonaise de football (Fegafoot) va se dérouler dans une ambiance particulièrement tendue. Et pour cause, le scandale sexuel qui a éclaboussé la sphère footballistique nationale va être remis au goût du jour. C’est l’annonce qui aurait été faite par des sources policières et judiciaires. Selon ces dernières, « on procédera dans les tout prochains jours à des interpellations d’autres dirigeants sportifs », a-t-elle indiqué.

Il s’agirait du handball où des suspensions sont de plus en plus fortes autour des encadreurs. Le sport roi ne devrait pas être en reste avec une possible vague d’arrestations. Après les entraîneurs, ce serait le tour des dirigeants et des responsables quelconques du football. Ils pourraient être interpellés pour complicité active du fait que des leurs dénonciations auraient été faites sans qu’aucune mesure n’eut été prise. Autant dire que la valse devrait continuer.
Des révélations fortes mises en lumière notamment par les victimes mais également des journalistes d’investigation au nombre desquels Romain Molina pour le compte du média britannique The Guardian.

Pour information, la loi pénale prévoit en son article 170 que « Quiconque, ayant connaissance d’un crime déjà tenté ou consommé, n’a pas, alors qu’il était encore possible d’en prévenir ou limiter les effets, averti aussitôt les autorités administratives ou judiciaires est puni d’un emprisonnement de 3 ans au plus et d’une amende d’un million de francs au plus ou l’une des deux peines seulement ».

Lyonnel Mbeng Essone
Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Global Media Time Gif
Enami Shop