jeudi,26 novembre 2020
Accueil A La Une Cancers féminins: le personnel du ministère des Relations avec les Institutions constitutionnelles...

Cancers féminins: le personnel du ministère des Relations avec les Institutions constitutionnelles sensibilisé

A l’occasion de la campagne internationale Octobre Rose, le ministère des Relations avec les Institutions constitutionnelles et les Autorités administratives indépendantes, a organisé ce mercredi 28 octobre 2020, une journée de sensibilisation et de dépistage des cancers féminins au bénéfice de son personnel féminin. Une cinquantaine de femmes a répondu favorablement à cet appel allant dans le sens du bien-être et de la prévention de leur santé. 

C’est le Centre hospitalier universitaire mère-enfant fondation Jeanne Ebori (Chumefje) qui a eu le plaisir d’accueillir une cinquantaine de femmes du ministère des Relations avec les Institutions constitutionnelles et les Autorités administratives indépendantes. Une action initiée par Denise Mekam’ne, responsable de ce département ministériel, qui a souhaité prendre part de manière concrète à la campagne internationale de sensibilisation et de prévention contre les cancers féminins, dite Octobre Rose. 

« Dès le 1er octobre, la première dame Sylvia Bongo Ondimba a lancé une campagne de sensibilisation contre les cancers féminins. C’est pourquoi madame le ministre d’Etat Denise Mekam’ne nous a demandé de suivre ce pas comme tous les autres départements ministériels », a indiqué Denise Pitou, secrétaire générale dudit ministère. 

Au programme, sensibilisation et dépistage aux cancers du sein et du col de l’utérus. C’est le Dr. Pamphile Assoumou, gynécologue obstétricien au Chumefje, qui a pu interpeller ces femmes à la faveur d’un exposé sur l’importance du dépistage et les facteurs de risque, les causes et les manifestations cliniques des cancers du sein et du col de l’utérus. Selon lui, ces cancers font encore beaucoup de victimes au Gabon. Une incidence due particulièrement à un dépistage tardif.  

« Nous avons remarqué que chez la plupart des femmes chez qui on diagnostique le cancer, ledit diagnostic se fait très tard. Pour l’éviter, il faut se faire dépister tôt afin que la maladie soit détectée tôt », a-t-il exhorté, non sans souligner que « chaque année ce sont près de 500 nouveaux cas du cancer du sein qui sont détectés au Gabon et près de 300 décès du fait d’un diagnostic tardif ». 

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion