mercredi,19 janvier 2022
AccueilA La UneCAN 2021: André Ayew pris à partie sur les réseaux sociaux par...

CAN 2021: André Ayew pris à partie sur les réseaux sociaux par les supporters gabonais

Ecouter cet article

Pour la deuxième journée de la Coupe d’Afrique des nations (CAN), la poule C enregistrait un match au sommet entre le Gabon et le Ghana. Une superbe rencontre qui s’est soldée par un score nul de 1 partout mais ponctuée par des échauffourées entre Panthères et Black stars. Au cœur de cette tension, les propos d’André Ayew qui a été pris à partie par le Kop gabonais.

La toile gabonaise est en effervescence depuis le match nul arraché avec les tripes par les Panthères du Gabon au bout d’une rencontre où les footballeurs gabonais se sont montrés engagés et supérieurs à leurs adversaires. Pourtant, l’action permettant légalisation de Jim Allevinah serait entachée d’irrégularités selon le capitaine devenu emblématique des Black stars du Ghana. En effet, André Ayew s’est montré véhément et quelque peu condescendant envers ses adversaires qu’il a qualifiés de « petits joueurs ».

Un qualificatif qui n’a pas manqué de faire réagir la toile qui y a perçu une volonté maligne de l’international ghanéen passé par l’Olympique de Marseille de ridiculiser toute une nation. C’est d’ailleurs ce qu’a rappelé un internaute exaspéré. « Je tiens tout d’abord à rappeler à André Ayew qu’il n’a jamais été un grand joueur mais un bon joueur. D’où tu insultes le Ghana avec ton pays à coupure intempestive », a-t-il répliqué. Dans le même ordre d’idées, une internaute s’est moquée de sa calvitie « ta chauve là et la tête comme la planète ». Des plaisanteries de mauvais goût qui ne cessent de pleuvoir.

Des propos condamnables sur les bords si on se fie aux valeurs défendues par le sport roi qui a fait du « fair play » une notion charnière à son développement. « Le fair-play comprend de nombreux aspects du football et se manifeste de nombreuses manières, sur le terrain comme en dehors. En un mot comme en cent, le fair-play représente le football sous sa forme la plus pure », a indiqué Gianni Infantino, président de la Fédération internationale de football association (FIFA). Si les supporters gabonais ont clairement « mis les organes », il est judicieux de préciser qu’André Ayew n’en a pas fait mieux. Vivement que les tensions s’apaisent !

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop