Can 2017 : le coup de gueule de Guy Roger Nzamba

Depuis plusieurs semaines des voix s’élèvent pour contester l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations 2017 au Gabon. Ces citoyens  de plus en plus nombreux arguent  que la tenue de cet évènement majeur du football continental tombe à un moment peu propice,  alors que le pays peine à se relever non seulement des stigmates de la crise post-électorale, mais aussi à cause de la crise socio-économique qui devrait emmener ses dirigeants à revoir l’ordre des priorités. Nous publions in-extenso, le plaidoyer défavorable de l’ancien sociétaire de l’AJ Auxerre et ancien international gabonais, Guy Roger Nzamba.

J’aime le football.

J’aime le football et personne, je dis bien personne ne peut en douter.

J’aime le football parce que c’est un facteur de santé pour ses pratiquants.

J’aime le football parce que c’est une science de l’éducation. On y apprend les règles utiles à la vie en communauté (le respect des décisions, la fraternité, la solidarité, le don et le dépassement de soi, le goût de l’effort etc).

J’aime le football parce que c’est un facteur puissant de cohésion sociale. Il rassemble fraternise et solidarise les enfants d’une même nation.

Parce que je l’aime tant, je refuse donc que ses nobles vertus soient vampirisées à des fins obscures.

L’objectif des gens du pouvoir est de se servir du pouvoir du football pour solliciter à travers la CAN la paix et la cohésion sociale.

Ils se trompent, hélas! comme d’habitude. Parce que le seul moyen de réunifier les gabonais et donc de favoriser la paix en ce 21ème, siècle c’est de mettre au pouvoir celui qui a gagné l’élection présidentielle.

Malheureusement, pour une fois, le football faillira à sa tâche, puisque il n’y aura pas d’unité, il n’y aura pas de solidarité, il n’y aura pas de cohésion.

Mais à la fin c’est le football qui aura gagné, puisque football et projets obscurs ne font pas bon ménage.

Nzamba Guy Roger

De port-gentil et de Mouila

Laissez votre avis