Bruno Ben Moubamba traite des Gabonais de «petits connards» !

Le couple Moubamba @ Montage GMT

Réagissant sans doute à des attaques personnelles, l’actuel ministre d’Etat en charge de l’Habitat, de la Ville et de l’Urbanisme a répondu, ce jeudi 24 août 2017, sans détour sur sa page Facebook. Un contrecoup qui a laissé cours à toutes les suspicions.

C’est donc sans réserve, et avec un langage qu’on peut désormais lui reconnaître que le président de l’Alliance pour le Changement et le Renouveau (ACR) a réagi après que certains Gabonais aient porté des critiques envers sa famille. On pouvait donc lire sur sa page Facebook : «Les « petits connards » y compris dans la diaspora qui ont vilipendé la belle famille et la famille de Ben Moubamba rendront des comptes un jour. Ils sont incapables pour la plupart d’avoir des foyers stables et d’élever correctement des enfants et ils pensent qu’ils peuvent nous parler. La politique ne justifie pas toutes les outrecuidances ! Bien que n’ayant pas notre niveau de « Bi-Docteur » formé dans les meilleures structures sans l’aide du Gouvernement Gabonais (parce que « mapaniens ») ils ont le droit de nous attaquer politiquement mais nous considérons que la violation de la vie familiale y compris par la diffamation par voie de presse n’est pas acceptable et nous ne l’accepterons jamais ».

Bruno Ben Moubamba veut donc maintenir la limite entre la vie politique et la vie privée. Chose évidemment difficile à faire et à comprendre quand dans leurs actions politiques, les politiques ne manquent pas d’exposer les membres de leurs familles. Le « nous » et le « nôtre » appuyés dans ce poste laisserait concevoir qu’il n’y a que des ‘’bi-Docteur’’ dans « ses familles ».

Chose qui serait tout à fait une bénédiction à défaut de verser dans l’affabulation.  Dans un précédent poste déjà il lançait à ses détracteurs : «Quand on est comme nous Docteur de l’Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) l’élite des grandes écoles françaises et Docteur en philosophie de l’université de Reims, spécialiste d’Aristote … on ne peut que sourire devant les attaques des petits « connards » qui confondent YouTube et les livres […] Allez au diable».

Depuis qu’il a rejoint le gouvernement d’ouverture en octobre 2016, en tant que vice-Premier ministre, l’ancien membre charismatique des partis politiques de l’opposition, l’Union du Peuple Gabonais (UPG), et de l’Union Nationale (UN) n’en finit plus de recevoir des coups des militants du changement. Se réclamant aujourd’hui comme étant le «fidèle ami» d’Ali Bongo, le président de la République «mal compris» selon lui, BBM comme le désigne souvent ses fans et admirateurs est coutumier des déclarations peu orthodoxes aussi bien à l’endroit du Gouvernement que des membres de l’opposition dont il se dit toujours être membre.

Celui qui avait mal digéré le choix de Jean Ping comme candidat unique de l’opposition à l’occasion de la présidentielle controversée d’août 2016, n’en finira pas de faire parler de lui. Même s’il faudra à chaque fois braver le protocole de son statut de ministre d’Etat dans une société en perte de valeur.

Laissez votre avis