Bruno Ben Moubamba «prendra part au forum dit dialogue politique inclusif et sans tabou»

C’est à la faveur d’un point de presse qu’il a animé ce dimanche 26 mars 2017 au siège de l’Alliance pour le changement et le renouveau (ACR), sis à Damas dans le 5ème arrondissement de Libreville, que Bruno Ben Moubamba a définitivement annoncé sa participation au dialogue national prôné par Ali Bongo, après avoir remis en cause pendant plusieurs semaines les modalités d’organisations de cette rencontre.  

Alors qu’on s’attendait à une déclaration fracassante comme à l’accoutumée, le vice-Premier ministre, ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat social et du Logement, a semble-t-il décidé de mettre un peu d’eau dans son vin concernant la tenue du dialogue national qui s’ouvrira ce 28 mars, à Libreville.

En effet, on se souvient que ce dernier avait exprimé son intention de boycotter cette rencontre. Il avait entre autre annoncé  son retrait du processus du dialogue national inclusif et sans tabou prôné par Ali Bongo Ondimba pour, dit-il, «protester contre le passage en force des opposants qui ont soutenu Monsieur Jean Ping et qui veulent s’accaparer de tout».

Une position qui, ce dimanche, a évolué. Revenant sur l’élection du 27 août 2016, il réaffirme sa position d’antan : «J’ai fait un choix et pris une position objective au nom du patriotisme, celui de reconnaître la victoire du candidat Ali Bongo Ondimba, déclaré vainqueur par nos institutions républicaines».

En outre, il a souligné que «le Dialogue National voulu par Ali Bongo Ondimba est la seule alternative pour régler les maux qui minent notre société». De ce fait, il a tenu à saluer les différents acteurs qui ont décidé de prendre part à ce dernier : «Je dis bravo à René Ndemezo’o Obiang, ancien Directeur de campagne de Jean Ping, à Pierre Claver Maganga Moussavou, candidat comme moi à la dernière élection présidentielle». Poursuivant ses félicitations, il a également salué «Ali BONGO ONDIMBA, président de la République, Chef de l’Etat, d’avoir réussi à fédérer toute la classe politique gabonaise Majorité/Opposition sur une même table».

Enfin, il a annoncé solennellement qu’il «prendra part au forum dit Dialogue Politique inclusif et sans tabou, aux côtés de ses pairs, en tant qu’acteur et non spectateur». Par ailleurs, il a déclaré que l’ACR, proposera au cours de cette rencontre un projet de nouveau texte constitutionnel.

Laissez votre avis