Bruno Ben Moubamba: «le peuple ne doit pas avoir peur de défendre la constitution»

Bruno Ben Moubamba © Jérôme Senyarich-Edot

L’incertitude politique qui prévaut actuellement depuis l’hospitalisation du président de la République Ali Bongo Ondimba, n’a pas fini d’enregistrer des réactions au sein du landerneau politique gabonais. La dernière en date est celle du président de L’Alliance pour le Changement et le Renouveau (ACR) Bruno Ben Moubamba qui a invité les citoyens non seulement à la vigilance mais aussi à défendre l’ordre constitutionnel.

Dans cette déclaration rendue publique sur son Compte Facebook, le leader de l’ACR, par ailleurs ancien Vice Premier Ministre chargé de L’Urbanisme et de L’Habitat a tout d’abord dit prendre acte de l’absence du Président de la République suite à un souci de santé. Comme de nombreux acteurs politiques avant lui, il a souhaité un retour à la normale dans la santé d’Ali Bongo Ondimba.

« Si l’humanisme commande que l’on souhaite un prompt rétablissement au Chef de l’État, S.E.M Ali Bongo Ondimba, néanmoins toutes les prérogatives attachées à sa fonction doivent être sanctuarisées, aux fins d’éviter toute dérive pouvant causer des dommages à la République », a déclaré Bruno Ben Moubamba, en visite privée cette semaine à Paris.

Par ailleurs, dans la droite ligne de l’appel lancé par la Commission de l’Union africaine récemment, le président de l’ACR a rappelé que « l’ordre constitutionnel doit être dans l’intérêt du peuple gabonais ». « Nous appelons le peuple gabonais à la vigilance, au calme et à la sérénité. En ces temps décisifs, le peuple ne doit pas avoir peur de défendre la constitution. Nous avons le droit de vivre sur une terre normalisée », martèle le communiqué.

« Au nom de l’Alliance pour le Changement et Renouveau nous invitons : Au respect de l’équilibre entre les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. A inclure toutes les forces vives de la nation, les principaux partis d’opposition, la diaspora, la société civile dans le processus du dialogue national enclenché en 2017. Au respect des recommandations des Organisations Internationales et des partenaires du Gabon dans la configuration présente », a conclu Bruno Ben Moubamba.

Laissez votre commentaire