Bruno Ben Moubamba : «L’UE a le droit d’adopter toutes les résolutions, c’est son droit le plus légitime»

C’est en substance la position du vice-Premier ministre, ministre de l’Habitat social et du logement Bruno Ben Moubamba dans une publication sur son compte Facebook officiel. En effet, bien que soutenant le droit que possède le Parlement européen de s’exprimer librement sur la situation sociopolitique du Gabon au sortir de l’élection présidentielle du 27 août 2016, il s’interroge toutefois sur la méthode ayant conduit à l’adoption de cette résolution.

Dans sa déclaration, Bruno Ben Moubamba fustige la «méthode employée» qui selon lui «frise la manipulation des instances européennes», accusant entre autre le député allemand Jo Leinen d’être l’auteur de ce «subterfuge» en faisant «adjonction du cas du Gabon au cas du Congo Démocratique».

Il poursuit en s’interrogeant sur la manipulation orchestrée pour arriver à l’adoption de cette résolution, «pourquoi ne pas avoir présenté 2 résolutions ? Une pour la RDC et une pour le Gabon ?» se questionne t-il, avant de relever que «sans doute pour contraindre et piéger le Parlement Européen en faveur de Mr. Jean PING. Les partisans de Jean PING ont le droit de défendre leur leader mais la manipulation du Parlement Européen est manifeste ici et rappelle comment  Jean PING a manipulé tout le pays de 2014 à 2016, jusqu’à ce jour».

Par ailleurs, il ne manque pas de lancer à l’endroit des partisans du pouvoir «Je suis surpris qu’aucun PDGiste du pouvoir (car l’opposition réelle aujourd’hui, c’est le PDG au pouvoir) ne soulève dans cette affaire une des exceptions d’irrecevabilité à cette résolution PING qui vaille», une affirmation laisse croire que certains membres du Parti démocratique gabonais serait de connivence avec Jean Ping.

«Comment et pourquoi aucun député européen n’a signalé pendant les débats de Bruxelles que le Problème de la RDC résulte d’un conflit quasiment mondial à l’échelle sous-régionale et dans lequel les responsabilités européennes sont engagées depuis le génocide rwandais de 1994, d’une part ; et d’autre part, qu’est – ce que le Gabon a de commun avec le Congo Démocratique avec ses millions de morts depuis la disparition de Patrice Lumumba dans l’acide des belges en 1962 ?» s’interroge t-il par la suite.

En outre, le vice-Premier ministre souligne qu’il «ne suffit pas de dénoncer la résolution pour défendre efficacement la Constitution (certes imparfaite) du Gabon… Il faut aussi argumenter en faveur de la défense de la Nation, pour l’honneur et pour l’Histoire», un propos qui semble t-il serait adressé au porte-parole du gouvernement, Alain Claude Bilie-By-Nze qui avait eu comme seul argument le fait que «les députés européens ne sont pas élus par la population gabonaise» pour dire sa désapprobation de la résolution des parlementaires européens.  

Enfin à l’endroit de Jo Leinen qu’il dit être le cerveau de «ce complot intérieur» contre le gouvernement gabonais, Bruno Ben Moubamba  lance «Le député allemand Jo LEINEN a le droit, comme TINTIN au  Congo de trôner devant ses « admirateurs » au nom d’on ne sait quelle supériorité mais les acteurs conscients ont aussi le droit d’exprimer leur frustration sans être traités légèrement car c’est aussi cela les valeurs de l’Europe». avant de conclure en indiquant : «je ne crois pas avoir vu de Congolais à Bruxelles mais uniquement nos compatriotes Gabonais. C’est donc le Gabon qui était visé via le Congo. Chacun peut comprendre le malaire aisément. Ce n’est pas très éthique (…) gouvernement gabonais doit donc en profiter pour demander tout simplement la séparation des 2 résolutions qui ont été présentées de façon inconsidérée. Et ce sera au bénéfice de toutes les parties».

Laissez votre avis