Bruno Ben Moubamba : «(…) l’opposition réelle aujourd’hui, c’est le PDG au pouvoir»

Bruno Ben Moubamba © Jérôme Senyarich-Edot

En réaction à la résolution votée par le Parlement européen, le jeudi 2 février dernier à Bruxelles, sur la situation sociopolitique au Gabon au sortir de l’élection présidentielle du 27 août 2016, le vice-Premier ministre, ministre de l’Habitat social et du logement Bruno Ben Moubamba a réagi. Il a entre autre précisé que «(…) l’opposition réelle aujourd’hui, c’est le PDG au pouvoir» et qu’elle a manqué  de défendre « efficacement la Constitution (certes imparfaite) du Gabon».



Dans sa déclaration, le membre du gouvernement, connu pour ses sorties rocambolesques,  n’a pas été tendre vis à vis du camps auquel il appartient désormais. A l’endroit des partisans du Parti démocratique gabonais (PDG), le transfuge le l’opposition a tenu des propos à tout le moins surprenants : «Je suis surpris qu’aucun PDGiste du pouvoir (car l’opposition réelle aujourd’hui, c’est le PDG au pouvoir) ne soulève dans cette affaire une des exceptions d’irrecevabilité à cette résolution Ping qui vaille». Une affirmation qui suscite des questionnements sur le véritable positionnement du président de l’Alliance pour le changement et le renouveau surtout que ce dernier est membre du gouvernement composé majoritairement de PDGistes.

En déclarant qu’«Il ne suffit pas de dénoncer la résolution pour défendre efficacement la Constitution (certes imparfaite) du Gabon… Il faut aussi argumenter en faveur de la défense de la Nation, pour l’honneur et pour l’Histoire», Bruno Ben Moubamba s’adresserait-il au porte-parole du gouvernement, Alain Claude Bilie-By-Nze qui n’avait eu pour seul argument, que le fait que «les députés européens ne sont pas élus par la population gabonaise» sans toutefois apporter des arguments de droit pouvant permettre de battre en brèche la position du Parlement européen?

La guerre de tranchées à peine voilée entre les deux hommes politiques ne souffre plus d’aucun doute. Au cours de sa dernière conférence de presse, Alain Claude Bilie-By-Nze tentait subtilement de ramener à l’ordre son supérieur hiérarchique, l’accusant presque d’avoir un agenda caché.  

© Crédit photos : moubamba.com

Laissez votre commentaire