Bruno Ben Moubamba envisage d’autres déguerpissements de populations

Véritablement engagé dans une guerre contre le mal logement au Gabon et la promotion d’un nouvel ordre urbanistique, le vice-Premier ministre en charge de l’Habitat, du Logement social et de l’Urbanisme, Bruno Ben Moubamba, a au cours d’un entretien accordé au quotidien L’Union envisagé de procéder dans les prochaines semaines au déguerpissement des populations vivant dans des zones inondables de Libreville et de Port-Gentil. Une annonce qui intervient quelques semaines seulement après le déguerpissement manu militari des occupants des logements sociaux d’Angondjé et de Bikélé.

Bruno Ben Moubamba s’engage à rénover les vieux quartiers de Libreville et Port-Gentil,le vice premier ministre a annoncé de nouvelles opérations de déguerpissements de populations, mais cette fois-ci il s’agit des familles qui vivent dans les zones inondables, il a précisé que cette opération se fera de gré ou de force. Cette décision est justifiée par les dangers encourus dans les différentes zones chaque fois qu’il y a des averses. Lesquelles sont souvent suivies d’éboulements, d’inondations des habitations et pire de perte en vies humaines.

Une initiative du gouvernement qui vient d’ailleurs susciter un peu plus d’inquiétude sur les populations concernées par ces opérations à venir. En effet, l’opinion a encore en mémoire, les déguerpissements d’Angondjé et de Bikélé, qui avaient laissé des familles gabonaises dans un désarroi total. Soulignons qu’au terme de ces opérations, le “tout puissant” vice-premier ministre, ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat social et du logement avait sommé le procureur de la République de procéder à l’arrestation de plusieurs membres des collectifs des déguerpis qu’il accusait d’incitation à la révolte et d’avoir bafoué l’autorité de l’Etat.

En définitive, il y a lieu de se demander si Bruno Ben Moubamba a pris la mesure d’une telle décision, plus précisément sur l’impact qu’elle pourrait avoir . Le nombre de compatriotes qui pourraient être touchés par cette opération avoisinerait les 200 000 personnes. Existe-t-il au ministère de l’habitat un véritable plan de relogement préalable pour ces derniers ? Toute chose qui suscite encore un peu plus de crainte connaissant l’excès de zèle dont fait preuve le nouvel homme fort de ce département

Laissez votre avis