Braconnage : 6 mois de réclusion pour Ngouga et Doumbi

Peine maximale pour françois Ngouga et son complice Landry Doumbi. Dans le cadre de la lutte anti-braconnage, le tribunal de Franceville s’est prononcé, contre les deux Gabonais pris en flagrant délit de commercialisation, de peaux de panthère,  le 18 novembre à Moanda.

Le verdict est sans appel. 6 mois de prison ferme et 100 mille francs d’amende pour François Xavier Ngouga et Landry Doumbi. Il s’agit là de la peine maximale prévue par la loi gabonaise. De quoi consoler l’administration des Eaux et Forêts et ses partenaires dont  l’ONG Conservation Justice qui ne ménagent pas d’efforts dans le cadre de la lutte anti-braconnage.

Pris sur le fait, et placés sous mandat de dépôt le 20 novembre dernier après avoir été présentés au procureur de la République. Le 21 novembre, les accusés avaient comparu devant le tribunal correctionnel pour détention et commercialisation de trophées d’une espèce intégralement protégée. 8 jours plus tard avait eu lieu l’audience de délibéré. Ainsi, nonobstant les réquisitions du Parquet de Franceville qui suggérait une peine de trente jours dont seulement quinze de prison ferme, l’instance judiciaire a choisi d’infliger une sanction exemplaire aux deux trafiquants.

Si cette prise, qui compte sans doute parmi les plus énigmatiques de la Police Judiciaire à Moanda, a de quoi décourager les trafiquants de cette localité. Elle semble être loin d’endiguer un trafic assez lucratif «qui malheureusement d’actualité» sévit dans tous les pays du Bassin du Congo.

Joël Lanti NDIGI III

Laissez votre commentaire