Booué: vers la création d’une maternité au sein du Centre médical

Denise Mekam’ne Edzidzie épouse Taty et le directeur général de Setrag Patrick Claes © D.R

Denise Mekam’ne Edzidzie épouse Taty, ministre d’Etat, ministre de la Santé s’est entretenue avec le Directeur général de la Société d’Exploitation du Transgabonais (Setrag) Patrick Claes sur la signature d’une convention visant la réhabilitation du centre médical de Booué, dans l’Ogooué-Ivindo. Ce partenariat s’inscrivant dans l’amélioration de l’offre de santé donnera lieu à la création du service maternité qui fait défaut depuis des années dans la localité.



Lors de sa prise de fonction, le ministre de la Santé, Denise Mekam’ne Edzidzie épouse Taty, annonçait vouloir améliorer les conditions d’offre de santé pour les malades. Il semble que le passage de la parole aux actes est amorcé. Ainsi, la direction générale de la  Société d’Exploitation du Transgabonais (Setrag) vient de deviser avec le ministère de la Santé pour réhabiliter le centre de santé de Booué, chef-lieu du département de la Lopé. D’ailleurs, la structure sanitaire de cette zone de transits ferroviaires qui était jusque-là peu prisée, au vu des casernes récurrentes, sera agrandie et modernisée.

Pour Patrick Claes le Directeur général de Setrag, le choix de cette localité n’est pas hasardeux et devenait impératif au vu des difficultés présentes.  « A Booué, la principale infrastructure de santé est déficiente. Il s’agit d’un fait préoccupant pour une localité qui compte pas moins de 10 000 âmes. Cette convention consiste à réhabiliter, rénover et reéquiper complètement le centre médical de Booué. Le but étant d’éviter ces transferts systématiques des patients vers d’autres centres du pays», a-t-il précisé.

Si la réhabilitation de ce centre médical pourra réjouir les bénéficiaires, le ministre d’Etat en charge de la Santé a annoncé la création d’une maternité au sein du centre médical de Booué. « Les travaux du futur centre débuteront en avril et comprendra une maternité, unité très attendue par la population, au lendemain de la décision sur la gratuité des accouchements prise par le président de la République », a indiqué Denise Mekamn’ne. Nul doute que les Ogivins issus de cette localité verront d’un bon oeil ce nouveau dispositif.  

 

Laissez votre commentaire