«Blvck roses»: l’opus qui signe le grand retour Kôba Building

Kôba Building signe son retour avec «Blvck roses» © D.R/GMT

Il a «cassé le bic pour faire des rimes», et on peut dire que cela lui réussit plutôt bien. Plus de dix ans après son entrée dans le cœur des gabonais,  Kôba Building vient présenter son 3eme album à ses fans. «Blvck roses» a marqué le 16 mars dernier le grand retour du rappeur dans les bacs.

Star incontestable du rap africain des années 2000, son premier coup aura été le bon, pour Kôba Building, lorsqu’en 2005 il a séduit les gabonais avec son premier titre «qui veut». Quelques mois après la sortie de ce titre il s’imposera sur la scène africaine en décrochant, à Durban, en Afrique du Sud, un “Africa Kora Award” dans la catégorie “Meilleur artiste et Meilleur groupe hip hop africain”.

Au cours des 10 années qui suivi ce sacre, le rappeur a su entretenir ses Vatels (nom qu’il a donné à sa communauté de fans), qui l’ont toutes ces années durant accompagné de leur amour et leur fidélité à l’artiste. Comme un signe de gratitude envers ses fidèles, le rappeur a sorti «Blvck roses», 3eme opus riche de 16 titres. Comme il le dit un «chef-d’œuvre», dans lequel il collabore avec des artistes talentueux à l’instar de Gyovanni Neïla, Don Nakess et Appollon.

La légende du rap gabonais, comme une marque déposé, affirme encore une fois ses positions face aux politiques africaines, avec des titres tels que Kémi Seba, Négus et bien d’autres, qui en sont d’ailleurs très évocateurs.

Koba Building nous traîne dans un tourbillon d’émotions au cœur duquel se mêlent amour, espoir, colère et sérénité dans un style gangsta rap, que l’artiste a signé chez Easy Hits Recordz, une division du label Hope Music Group qui le compte désormais parmi les tiens.

Laissez votre commentaire