Bitam : Sandrin Assoumou Ngomo aux arrêts après avoir appelé le 1410 pour plaisanter

Gabon Gabonmediatime Sandrin Assoumou Ngomo Bitam Covid 19
Sandrin Assoumou Ngomo lors de son interpellation au village Missele Ebah près de Bitam © D.R.

« Tel est pris celui qui croyait prendre ». Cette expression tirée de la fable « Le Rat et l’Huître » de Jean de la Fontaine dans sa fable sied bien à la situation vécue par le jeune Sandrin Assoumou Ngomo. Ce dernier a été interpellé ce dimanche 22 mars après qu’il eut appelé le 1410, numéro vert consacré aux appels d’urgence en cas d’identification des symptômes du Covid-19 sur toute l’étendue du territoire, alors qu’il ne présentait aucun symptôme. 


En effet, selon le récit de l’Agence gabonaise de presse, ce jeune compatriote âgé de 19 ans s’est fait passer pour un cas suspect du Covid-19 à Bitam, dans la province du Woleu-Ntem alors qu’il n’en était rien. Un appel malveillant qui aurait contraint le préfet du département du Ntem, Jean Claude Mouziehou Maloulah, à mobiliser  tous les services concernés par la lutte contre ladite pandémie sur le plan local. 

Après la mise en branle du comité local, le médecin en chef du centre de santé de Bitam, a tenté de joindre le concerné par le numéro qu’il a communiqué au comité de veille lui-même. Le plaisantin aurait indiqué aux responsables qu’il était allé en pharmacie, tandis qu’au préfet il aurait confié auparavant qu’il se rendait au village Missele Ebah. 

« Une fois au village, le préfet et tout le comité de veille local, en se renseignant et après analyse du déroulement des faits, et après avoir examiné le sujet, qui avait une température de 36.3°, se sont rendu compte qu’il s’agissait d’un plaisantin », relate l’AGP

Après le constat de cette attitude répréhensible Sandrin Assoumou Ngomo a été arrêté par les agents de la police judiciaire au village Missele Ebah. Actuellement en détention au commissariat de Bitam, il sera déféré dans les tout prochains jours à Oyem. 

Laissez votre commentaire