Bitam/ Olam: un infirmier bénévole fait la fierté d’Azombe

Dispensaire Azombe © GMT

Les installations Olam Rubber situées à quelques encablures de la ville de Bitam, dans la province du Woleu-Ntem, ont été l’hôte, du 28 au 31 juillet 2018, de la mission citoyenne et nationale, menée de concert avec les Organisations de la société civile (OSC). Cette initiative, qui rentre dans le cadre de la politique de transparence du groupe singapourien, a permis de rencontrer Yannick Abessolo, un jeune infirmier gabonais, patriote, exerçant bénévolement pour sa communauté et celles environnantes.

Dans le cadre de son engagement social, qui le lie à la population gabonaise, le groupe Olam a doté le village d’Azombe d’un dispensaire, pour lequel il procède de façon occasionnelle au réapprovisionnement de médicaments. Faute de personnel disponible et de budget, du ministère de la Santé, l’entreprise a formé, à ses frais, deux jeunes infirmiers , parmi lesquels Yannick Abessolo.

En effet, âgé d’une vingtaine d’années et titulaire d’un Brevet d’études du premier cycle (Bepc), le jeune homme a choisi d’œuvrer pour le bien-être de sa communauté en acceptant une formation de 4 mois, financée par Olam, auprès du médecin-chef du centre médical de Minvoul.

Pour Yannick Abessolo, cette formation a été une véritable aubaine, qui lui a ouvert la porte à un métier dans lequel il espère progresser, tout en ayant le soutien de l’État qu’il sert bénévolement depuis plusieurs mois. «La formation a commencé au mois de mars dernier, et a duré quatre mois. Aujourd’hui, je souhaite être meilleur que ce que je suis». «C’est mon village, je suis là pour eux», a-t-il répondu à la question de savoir s’il compte rester bénévole encore longtemps.

Son engagement et sa détermination ont particulièrement intéressé les organisations présentes qui, malgré la mesure prise lors du Conseil des ministres du 21 juin dernier visant à geler les recrutements à la Fonction publique pour les 3 prochaines années, envisagent braver l’interdit afin que ce dernier soit récompensé comme un fonctionnaire lambda pour les bons et loyaux services qu’il rend à la nation.

«Il faut donner la possibilité à ceux qui ont déjà l’expérience et la formation d’être intégrés au niveau de la fonction publique. (…) Nous avons la possibilité de faire des propositions au gouvernement de telle sorte que ceux qui sont encore bénévoles au niveau des structures éducatives et médicales construites par Olam soient intégrés à la Fonction publique», a déclaré Pierre Mintsa, membre du Bloc syndical première seconde, apportant ainsi une réponse au cri d’espoir du jeune bénévole.

En attendant un retour positif des autorités compétentes, Yannick Abessolo, coupé de la société du fait de l’absence de réseau téléphonique, vit avec sa fiancée, dans un studio offert par Olam et rattaché au dispensaire, où il reçoit en moyenne 5 patients par jour. Ceux de son village et ceux du village voisin, Bout-Egas.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire