Bitam : Le préfet impose des cotisations pour le décès du frère du ministre du transport

C’est à travers une note de service référencée n°01/MIDSHP/PWN/DN/PB/CAB datée du 17 janvier 2017 qui émanerait du cabinet du préfet du département du Ntem Boniface Foungues, que ce dernier sollicite auprès des différents responsables administratifs et des opérateurs économiques présents à Bitam, chef-lieu du département dont il a la charge de participer à une levée de fonds au profit de la ministre des transports et de la logistique pour l’aider à enterrer son frère aîné. Du jamais vu !

Le préfet visiblement très affecté par le malheur que traverse la ministre, interpelle ses administrés : « suite au décès du frère aîné de madame la ministre des transports et de l’aviation civile survenu à Libreville, et en vue de soutenir l’autorité ministérielle dans ces moments difficiles(…) ».

Flavienne Nfoumou Ondo ministre des transports et de la logistique en sera touchée. Mais une telle note de service n’est-elle pas un excès de pouvoir ? Surtout que les montants que doivent verser les opérateurs économiques et les administrations du département y sont mentionnés. « j’ai l’honneur de vous demander de participer à la collecte de fonds organisée pour la circonstance en raison de 30.ooo Fcfa pour la Mairie de Bitam, préfecture, documentation, le Conseil départemental, le Trésor, le Mondial Center, le Carrefour des amis, le Supermarché, le Sans Rival, l’Hypermarché, l’Agasga, les douanes puis 10.000 Fcfa pour le commerce, la pêche et aquaculture, la concurrence et la consommation, l’inspection, la Caistab, le cadastre, PostBank, Express Union et Gabon Telecom.»

« Un comportement assez étrange de la part d’une autorité étatique, “les cotisations” qui autrefois étaient l’émanation de la volonté d’un individu, un geste que l’on réalise avec le coeur est aujourd’hui une obligation pire avec montant à l’appui.» s’indigne Loïc Messi ressortissant de Bitam qui ne comprend pas la nécessité d’une telle note de service.

Cette note de service du préfet du département du Ntem, Boniface Foungues, pose le problème de l’étendue des prérogatives des responsables administratifs, qui quelques fois agissent au delà des pouvoirs qui leurs sont conférés par la loi. Le service public est un sacerdoce qui devrait amener aussi bien les agents que les responsables à faire un don de soi plutôt qu’à s’en prévaloir pour obtenir de la part des administrés des dons, des présents et des faveurs de quelque nature qu’ils soient.

Laissez votre avis