jeudi,26 novembre 2020
Accueil Derniers articles Bitam: il viole une fillette de 8 ans après l'avoir attirée avec...

Bitam: il viole une fillette de 8 ans après l’avoir attirée avec son téléphone

C’est une affaire qui continue de faire grand bruit à Bitam précisément au quartier Mimbang-Essandone, non loin de la paroisse catholique. Un jeune homme de 19 ans a été épinglé par le service des mœurs et de la protection de l’enfance du commissariat de police de la localité, après que ce dernier eût abusé sexuellement d’une fillette de 8 ans à peine. Pour arriver à ses fins, le présumé violeur aurait demandé à sa victime de le suivre dans un coin retiré pour suivre les dessins animés dans son smartphone.

Le Gabon est-il habité par un démon qui suscite le vice au sein de la jeunesse ? C’est une question que bon nombre d’observateurs se posent. Et pour cause, plus un jour ne passe sans que des affaires insolites ne soient signalées à Libreville mais aussi dans d’autres localités. Dernière en date, un cas de viol sur une gamine de 8 ans perpétré le dimanche 11 octobre dernier au quartier Mimbang-Essandone de Bitam par un jeune compatriote de 19 ans. 

Selon le récit relayé par notre confrère L’Union, la fillette était en plein jeu avec ses amies quand un aîné du quartier l’interpelle. Ce dernier, déclare à sa future victime qu’il aurait des « magnifiques dessins » dans son téléphone portable dernière génération. Ajoutant au passage que pour les regarder, il lui suffira de suivre ses pas. Naïve et enthousiaste à l’idée qu’elle pourrait se distraire en visionnant ses programmes préférés, la gamine s’exécute.

La suite est connue de tous, son bienfaiteur s’est vite transformé en bourreau. Il aurait allègrement assouvi sa libido sur la gamine. Le rapport médical établi atteste qu’il y aurait eu une forte pénétration. Interpellé peu de temps seulement après avoir commis sa basse besogne, le présumé « prédateur sexuel » avouera l’entièreté des faits retenus contre lui. Gardé à vue au commissariat de Bitam, le jeune homme sera déféré devant le parquet d’Oyem durant cette semaine. 

 Ce jeune homme aux idées tordues pourrait donc encourir une grosse peine si la justice gabonaise applique avec diligence les sanctions prévues par la loi. Pour rappel, l’article 256 du Code pénal nouveau dispose que « constitue un viol, tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui, avec violence, contrainte, menace, surprise ou ruse. L’auteur d’un viol est puni de quinze ans de réclusion criminelle et d’une amende de 50.000.000 de francs au plus », est-il expressément énoncé. Place à la justice.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion