Bitam: Un gibier, tué par un chasseur, se transforme en humain

Ella Nguéma, "homme ou gibier" ayant reçu la balle du chasseur © AGP

Le samedi 24 février dernier, les habitants de Bitam, chef-lieu du département du Ntem, dans la province du Woleu-Ntem, ont vécu une scène pour le moins extraordinaire. Selon les informations recueillies auprès du chasseur, par l’Agence gabonaise de presse (AGP), Un gibier, tué par un chasseur, s’est transformé en humain.



Les faits se déroulent au village Effack Bibeng, au canton Mvezé. Le chasseur a confié témoin de la scène raconte : «Hier soir aux environs de 3 heures du matin, je me suis rendu, où nous avons brûlé les champs, dans l’espoir de trouver des hérissons. Sur les lieux, j’ai aperçu une civette, j’ai chargé mon fusil et j’ai tiré. Mais à ma grande surprise, je trouve un homme ou le gibier est tombé. Cet homme criait, tu me tues pourquoi, en langue Ntoumu du Gabon», a-t-il confié à l’AGP.  

Le chasseur qui a reconnu le vieillard, un certain  Ella Nguéma, a poursuivi son témoignage en précisant qu’il l’a retrouvé dans les champs alors que  «sa famille le cherchait depuis 2 jours déjà».

Cette histoire à la limite du surnaturel suscite plusieurs interrogations. Selon l’AGP, certaines habitants de Bitam avancent que le jeune chasseur aurait masqué son crime par cette supposé transformation paranormale. Sauf que cette hypothèse peut être battue en brèche, par le fait que le jeune chasseur a transporté le vieillard à l’hôpital pour un pansement où il aurait reçu la balle, précisément à la main gauche.

Toujours selon l’AGP, d’autres, par contre, estiment qu’il s’agit là d’un acte délibéré de sorcellerie et que le pauvre chasseur dans la brousse a été abusé par ce vieux sorcier. Et que malheureusement pour lui, le chasseur ne l’a pas raté.

Pour l’heure, les ragots vont bon train. En attendant un démenti officiel soit du préfet département du Ntem, ou encore celui du procureur près le tribunal judiciaire de première instance d’Oyem, qui a compétence sur l’ensemble de la province pour connaître de la qualification à donner à de tels faits

Laissez votre commentaire