Billets de train : Le paiement supplémentaire d’un timbre de 500F qui surprend les usagers

Gare Setrag d'Owendo © Annuem

Depuis plusieurs mois, les usagers du train sont confrontés au paiement systématique de timbres estampillés Mairie d’Owendo d’un coût de 500 Fcfa. Une nouvelle taxe que les passagers en partance d’Owendo pour l’intérieur du pays paie sans comprendre le bienfondé. Car la somme moins importante certes mais vient s’ajouter aux taxes sur la valeur ajoutée (TVA) et à la Contribution spéciale de solidarité (CSS), déjà incluses dans le prix du billet.

Pour comprendre les raisons du paiement de ce timbre par les usagers du train, nos confrères de l’hebdomadaire l’Aube se sont rendus à Owendo, commune périphérique à Libreville, la capitale gabonaise, pour tenter de comprendre le les raisons du prélèvement par les autorités municipales de cette nouvelles taxe qui non seulement surprend les usagers par sa promptitude mais aussi par la façon dont elle est prélevée.

Arnaud Esonno Malouana usager du train, agent dans une société forestière en partance pour Lastourville a confie qu’il y a «un an ces timbres fiscaux accolés sur les billets de train avaient fait apparition avant de disparaître. Ils ont réapparu il y a quelques semaines. Nous les clients déplorons que la mairie et la Setrag agissent de la sorte. Aucune communication n’est faite. Même si nous ne payons que 500 F CFA, nous avons le droit de savoir pourquoi nous payons cet argent et à quoi sert-il», s’est-il questionné. Brigitte une autre usagère du train qui n’a pas décliné son patronyme à nos confrère confie que ladite taxe est «une condition sine qua non pour le voyage. On la paie au départ d’Owendo. Je suis parti de Franceville y a quelque jours je n’ai pas payé cela. Un billet seconde classe dans l’Express est à 42 200 F CFA plus 500 F CFA de timbre, le billet revient à 42 700 F CFA or dans les 42 200 F CFA il y a déjà la  TVA et  la CSS. N’est-ce une façon d’asphyxier les usagers du train?».

Questionnée sur cette nouvelle taxe, par l’Aube, la SETRAG par le biais de sa responsable en communication a brandi une note de service signée du deuxième Maire Adjoint de la commune d’Owendo.

A la mairie centrale d’Owendo, c’est le chef de Cabinet du Maire, Henri Costes Mihindou Mihindou qui qui s’est exprimé. Pour lui, «en 2009 le gouvernement avait pris en la faveur des communes un certain nombre de taxes. Parmi celles-là, figure la fameuse taxe sur le transport des personnes et des marchandises. Donc nous, on ne fait qu’appliquer ce que la loi dit. Une fois le gouvernement a mis ces mécanismes nous en tant que conseil municipal, on prend des délibérations qu’on envoie au ministère de l’Intérieur qui approuve; celles-ci obtiennent force de loi et nous à partir de ce moment, on ne fait qu’appliquer la loi. Et les 500 F CFA ne rentrent pas dans les caisse de la mairie. C’est assorti d’un timbre du trésor public. La mairie d’Owendo ne voit pas cet argent physiquement.»

Et de soutenir : «dans tous les pays du monde, les collectivités locales ont des taxes qu’elles prélèvent.» Une taxe qui s’ajoute tout de même à la TVA et à la CSS, pour laquelle usagers du train ne demandent qu’à être instruits. Pour l’heure, leur agencement demeure.  

Laissez votre avis