Bilie By Nze : «Je n’ai jamais volé l’argent de la subvention»

Le mardi 28 novembre dernier, à l’occasion d’une conférence de presse, tenue à son cabinet sis au Centre-ville, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Alain-Claude Bilie By Nze a déclaré qu’il n’a jamais détourné la subvention 2016 réservée à la presse gabonaise; rapporte Gabonactu.



Se défendant sur les multiples accusations dont il est objet de la part de plusieurs acteurs du secteur de la communication, notamment sur le détournement de la subvention 2016 réservée à la presse gabonaise, le porte parole du gouvernement a clamé son innocence : «Je n’ai jamais volé l’argent de la subvention», s’est-il défendu en arguant que les auteurs de ces propos sont habités d’une volonté manifeste de le discréditer par voie de presse.

Alain Claude Bilie-By-Nze qui souhaite que toute la lumière soit faite à ce propos envisage de porter l’affaire devant les tribunaux pour que justice soit faite. Il a annoncé déjà avoir saisi son avocat, maître Gisèle Eyue Bekalé et entend publier la liste des médias bénéficiaires de ladite subvention dont-il reconnaît le caractère inéquitable de la répartition. «La répartition a certes été inéquitable en fonction de divers critères mais l’argent a été distribué aux médias. Un petit chouya a été versé aux membres de la commission qui a travaillé sur ce dossier. Mais le ministre n’est pas un détourneur de subvention»; a-t-il précisé, poursuivent nos confrères.

La question de la répartition de la subvention due aux médias nationaux ne cesse de faire grincer les dents depuis des années. Surtout qu’une partie du paysage médiatique est écartée d’emblée, notamment les médias en ligne qui pourtant sont aujourd’hui les premières plateformes de communication touchant jusqu’à 1,5 million de lecteurs par mois.

Pour rappel, en 2016, la subvention était de 200 millions de FCFA. Ce montant aurait été revu à la baisse par les parlementaires du fait de la crise de trésorerie que connaît le pays, a expliqué le ministre de la Communication.

Laissez votre commentaire