Bilan critique pour le secteur bancaire au dernier trimestre 2017

© GMT

La crise conjoncturelle que traverse l’économie gabonaise impacte considérablement les différentes secteurs d’activité. C’est le cas du secteur bancaire, qui au 30 septembre 2017, affichait une situation assez critique, caractérisée  par une baisse de 7,2% du total bilan, représentant la somme de tous les actifs, soit 2194 milliards de Fcfa.



Cette baisse observée  du total bilan est due essentiellement à un repli de 10% des dépôts de la clientèle, tant de l’Etat que des particuliers. Il est à noter également que  les crédits accordés à l’économie ont connu une baisse, et que les provisions pour des prêts accordés mais non remboursés, sont passées à 114,7 milliards de Fcfa au 30 septembre 2017, soit une hausse de 25,4% sur un an.

La dégradation de la santé financière  du secteur bancaire, s’est accentuée avec la situation difficile que traverse  les trois banques à capitaux publics (BHG, PosteBank, BGD), et le fait pour le gouvernement d’avoir accumulé des arriérés à des sociétés privées, elles-mêmes clientes de banques.

Pour répondre à la problématique du volume de créances douteuses survenues du fait des lenteurs de l’administration, le gouvernement s’est engagé à mettre en place des mesures fortes. Une première manifestation de cette volonté a été notée avec le lancement de Poste Finance SA, la microfinance qui devrait prendre le relais des activités de la Postbank. Tandis que la Banque gabonaise de développement (BGD) devrait devenir une banque plus universelle, avec des services de détails.

Toutefois, il faut signaler que la solvabilité des banques gabonaises, hors banques publiques, s’est améliorée durant cette période. Une amélioration due essentiellement à la mesure de tolérance de la Commission Bancaire d’Afrique Centrale (COBAC), le régulateur du secteur, qui a décidé d’accorder un délai de trois ans aux banques avant l’entrée en application de sa mesure visant désormais à provisionner à hauteur de 85%, les créances en souffrance détenues sur les Etats.

Laissez votre commentaire