BGD: les agents grévistes bloquent le paiement des salaires

© D.R

Deux mois déjà que les agents de la Banque gabonaise de développement (BGD) ne perçoivent pas leurs salaires. Une situation difficile qui depuis lors semble être ignorée par le gouvernement. C’est donc face à ce mutisme qu’ils ont ont décidé  le 25 avril dernier de passer à la vitesse supérieure, en bloquant tout simplement le paiement des salaires des fonctionnaires au sein de ladite banque.

La journée du 25 avril a été le théâtre d’une scène inédite au sein de la BGD. En effet, face au «mépris» affiché par le gouvernement qui peine à prendre en compte leurs revendications, notamment le paiement de leurs salaires depuis deux mois, les agents de cet établissement bancaire ont décidé de bloquer volontairement le versement des salaires des autres  fonctionnaires.

L’incertitude liée à la situation difficile que traverse la BGD a mis les employés dans une grande colère. Ils ont désormais à coeur de faire connaître aux autres fonctionnaires leur mécontentement. Le mercredi 25 avril dernier, les agents de l’État ont donc attendu de longues heures, espérant obtenir des explications sur la situation qui prévalait. «Les agents de la BGD ne voulaient pas nous payer, parce qu’ils estiment qu’eux ne le sont pas depuis deux mois», a expliqué un agent de la Fonction publique venu percevoir son salaire.

Mais, «lassés d’attendre durant des heures, sans explications, les agents publics ont immédiatement barricadé le portail du siège social de cet établissement bancaire pendant plus de quatre heures, jusqu’au rétablissement de la situation», a rapporté un vigil, présent au moment des faits.

Une petite délégation de fonctionnaires s’est entretenue avec le directeur général de la banque, avant que ce dernier ne donne instruction à ses employés, d’effectuer les versements de salaires. «Mais le responsable de caisse ne voulait pas nous payer, parce qu’il a dit que ni lui ni ses collègues  n’avaient perçu de salaire», a témoigné un fonctionnaire.

Si aucun dommage matériel ni humain n’a été déploré, l’avenir des employés de la banque demeure incertain. «La BGD a trop de problèmes. Et nous, les agents, nous ne savons pas l’avenir de cette banque. En plus de cela, on veut nous museler pour nous empêcher de parler», a martelé une gestionnaire de la banque visiblement remontée.