Bertrand Zibi Abeghe à nouveau entendu par un juge d’instruction

Palais de Justice de Libreville © D.R

Ce lundi 25 septembre 2017, le hall du Palais de Justice de Libreville était quelque peu mouvementé. Pour cause, l’un des célèbres prisonniers du pays et ancien député de Minvoul (Woleu-Ntem), Bertrand Zibi Abeghe a été présenté devant la doyenne des juges d’instruction pour la seconde fois après son passage du 2 novembre 2016.

Interpellé le 1er septembre 2016 après l’attaque du QG de Jean Ping par les forces de l’ordre, l’ancien député du parti démocratique gabonais a été entendu hier matin pour «incitation à la violence et voie de faits, troubles à l’ordre public, actes de défiance à l’autorité de l’Etat», a souligné son avocat Maître Cédric Maguisset à l’hebdomadaire La Loupe de ce mardi 26 septembre.

Dans la matinée, la salle des pas perdus du Palais de Justice de Libreville était noire de monde. On pouvait y voir plusieurs personnalités politiques et de la société civile, notamment Georges Mpaga, président du Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG), Marc Ona Essangui, secrétaire exécutif de l’ONG Brainforest et coordinateur-pays de la Campagne Tournons La Page, ainsi que Sergine Ndong, Lionel Ella Engonga tous deux membres de l’Union nationale (UN) et Armelle Yembi Yembi, porte parole de l’Alliance démocratique et républicaine (ADERE).

Emmené aux environs de 12 heures, Bertrand Zibi Abeghe a été entendu par Hortense Ngossanga, premier juge d’instruction au tribunal de première instance de Libreville, en charge du premier cabinet, en présence de ses conseils Maîtres Cédric Maguisset, Henri Moutendi Mayila, Martial Dibangoyi Loundou tous, avocats au barreau du Gabon, au cours de l’audience de confrontation.

A cette audience de confrontation, se succéderont d’autres étapes de la procédure, qui donneront lieu soit à une ordonnance de renvoi devant une juridiction de jugement, soit à un non lieu.

Laissez nous votre commentaires