Ben Moubamba: «J’appelle les populations gabonaises à oser une insurrection électorale»

Bruno Ben Moubamba, président de l'ACR © GMT

C’est à la faveur d’un point de presse qu’il a animé ce mardi 26 juin 2018, au siège de son parti sis au quartier Damas, dans le 5e arrondissement de Libreville, que le président de l’Alliance pour le changement et le Renouveau (ACR), Bruno Ben Moubamba a interpellé les populations gabonaises sur les dérives constatées tout au long du processus de révision de la liste électorale en cours.

L’ancien Vice-Premier ministre, ministre du l’Urbanisme, de l’Habitat social et du Logement, est sorti de son silence, ce jour, pour dénoncer une situation qu’il qualifie d’alarmiste. La démocratie est en péril et les législatives avenirs ne la sauvera sans doute pas.

En effet, lancé le 15 juin dernier le processus d’enrôlement suit actuellement son cours avec des nombreux couacs dont le «commerce électorale», selon l’homme politique. «On est entrain de vendre notre dignité en laissant croire aux populations qui souffrent de la précarité que l’enrôlement, le vote est une opération commerciale», a-t-il déploré. Tout en ajoutant: «on ne peut pas vendre sa voie, dans un pays qui se veut démocratique, pour 10 000 Fcfa, 20 000 Fcfa ou encore 50 000 Fcfa».

Un faisceau d’éléments qui entraîne un climat malsain propice, selon Bruno Ben Moubamba,  à la casse sociale. «Peuple gabonais si vous acceptez le commerce électorale en cours vous vendrez l’avenir du Gabon en prolongeant votre misère» a-t il martelé. C’est donc dans un élan de cœur qui a invité ses concitoyens au redressement du Gabon par les urnes: «j’appelle donc la population gabonaise au ressaisissement, à oser une insurrection électorale», a-t-il lancé.

Outre l’aspect électorale, dont il a demandé la prorogation d’une semaine du processus d’enrôlement, Bruno Ben Moubamba a convié ses anciens alliés, les autorités politiques, au vu de la situation sociale, à tirer les leçons de la présidentielle de 2016.

Laissez votre commentaire