BBM : «Je suis membre d’un gouvernement d’ouverture mais je n’ai pas intégré la majorité»

Bruno Ben Moubamba © Jérôme Senyarich-Edot

Dans une interview datée de ce 27 juin, accordée au journal français lesechos.fr, le vice-Premier ministre, ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat social et du Logement et président de l’alliance pour le changement et le renouveau qu’il a créé après la présidentielle, réaffirme sa qualité d’opposant. Il dit participer au gouvernement Issoze Ngondet dans une logique d’ouverture prônée par le président Ali Bongo Ondimba.

A la question de savoir pourquoi a-t-il intégré le gouvernement malgré la contestation de la rréélection d’Ali Bongo. Bruno Ben Moubamba précise : «Je suis membre d’un gouvernement d’ouverture mais je n’ai pas intégré la majorité présidentielle.» Sa démarche s’inscrit dans une logique de «refus de la violence».

Pour Bruno Ben Moubamba, «l’exécutif gabonais a recruté au delà du parti au pouvoir, dans l’opposition, la société civile, la diaspora.» «Comme Emmanuel Macron, qui a été rejoint par des personnalités d’un peu partout pour renouveler le jeu politique en France». C’est la raison pour laquelle lui en tant que dirigeant de l’Alliance pour le changement et le renouveau (ACR) a rejoint le gouvernement.

Par ailleurs, étant conscient que sa démarche n’est évidemment pas appréciée par certains membres du régime ainsi que certaines figures de l’opposition radicale. «Peut être à cause de mon doctorat en philosophie, je m’inspire de Saint Augustin et de Mandela qui estimait qu’il fallait discuter avec ses adversaires. J’estime avoir participé à une baisse de la tension, ce qui n’enlève rien aux divergences que je peux conserver avec le président»; a-t-il conclu.

Laissez votre avis