dimanche,27 novembre 2022
AccueilA La UneBassins-versants de Nzeng-Ayong: plus de 11 milliards à l’eau ! 

Bassins-versants de Nzeng-Ayong: plus de 11 milliards à l’eau ! 

Ecouter cet article

Les pluies diluviennes qui s’abattent depuis plusieurs jours sur Libreville ont mis en lumière des défaillances de certaines infrastructures. La preuve au bassin-versant de Nzeng-Ayong, financé à hauteur de 11 milliards de FCFA, qui ne semble pas à même de limiter les inondations tous azimuts. 

Inaugurés il y a tout juste un an par le Premier ministre Rose Christiane Ossouka Raponda en présence d’autres membres du gouvernement, les bassins versants de Nzeng-Ayong semblent n’avoir aucun impact dans l’amélioration des conditions de vie des populations. La recrudescence des inondations témoigne de l’impuissance de cette infrastructure. 

D’ailleurs, depuis le début de ce mois d’octobre qui cadre avec la petite saison de pluie, les populations sont confrontées à la stagnation d’eaux.  Canaux d’évacuation bougés, maisons englouties, la situation est préoccupante. Et ce, d’autant plus que l’investissement de l’État était conséquent.

C’est en tout cas ce qui ressort dudit marché public dont les travaux ont été financés par l’Etat gabonais et l’Union européenne (UE) à hauteur de plus de 11 milliards FCFA. À cela s’ajoutent des travaux de consolidation et de confortement de l’ensemble de l’ouvrage, pour un coût supplémentaire d’environ 820 millions de FCFA.

Pourtant, lors de l’inauguration de cette infrastructure le gouvernement par l’entremise de son ancien  ministre des Travaux publics avait promis une amélioration significative dans « les conditions de vie des populations confrontées aux récurrents problèmes des inondations qui sont sources des maladies hydriques et de perte en vie humaine par noyade ».  

Une énième poudre de perlimpinpin puisque près d’un an après, rien n’a changé. À l’heure où les dégâts matériels sont fréquents, il serait judicieux que le Chef du gouvernement s’y penche afin de trouver la solution à ce phénomène qui pourrait coûter la vie de plusieurs individus.  Doit-on attendre que le pire arrive pour réagir ? Assurément non.  

Lyonnel Mbeng Essone
Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Global Media Time Gif
Enami Shop
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x