Barro Chambrier: «bon vent à notre frère Michel Menga»

Le président du Rassemblement Héritage et modernité, Alexandre Barro Chambrier Chambrier © GMT

Ce mercredi 16 mai 2018, à l’occasion d’une conférence de presse qu’il a animé au siège de son parti, Alexandre Barro Chambrier est largement revenu sur le débouchage par le Premier ministre Issoze Ngondet, du secrétaire général du Rassemblement héritage et modernité, Michel Menga M’Essone, qu’il a appelé, à tirer les conséquences de son entrée au gouvernement tout en lui souhaitant «bon vent».

Au lendemain de l’entrée de Michel Menga M’Essone au sein du gouvernement Issoze Ngondet III, son parti l’avait «suspendu» de ses fonctions de secrétaire général, ce en vertu des dispositions de l’article 132 des statuts. Depuis lors, l’opinion s’attendait à la mise en branle d’une procédure d’exclusion, synonyme d’une mise à l’écart complète de ce dernier du parti, comme l’a fait en octobre 2016, l’Union nationale, avec Estelle Ondo.

Questionné sur le cas Menga qui «a répondu à l’appel de la partie adverse», le président du RHM a préféré appeler le nouveau ministre d’Etat à tirer les conséquences de ses propres choix. «Je fais confiance à Michel Menga pour effectivement comprendre dans quel contexte il s’est mis et je suis convaincue que la sagesse et la compréhension de l’environnement que je lui connais l’amèneront à adopter l’attitude qui sied en pareille circonstance», a-t-il lancé.

Ne voulant diaboliser ou entretenir une polémique autour de l’entrée au gouvernement de celui qui déniait encore il y a quelques semaines toute légitimité à Ali Bongo Ondimba, Alexandre Barro Chambrier a face à la presse parlé de ses rapports avec Michel Menga M’Essone au passé. «C’est quelqu’un avec qui nous avons eu de très bonnes relations. Aujourd’hui il a fait son choix, Il était notre ami», a-t-il poursuivi.  

Bien que n’ayant pas évoqué l’exclusion du secrétaire général du RHM suspendu, Alexandre Barro Chambrier a réfuté tout idée de connivence entre le parti et le ministre d’Etat en charge de l’Habitat. «En aucun cas nous ne sommes liées pas cette décision. Par conséquent bon vent à notre frère Michel Menga. Nous continuons notre route pour libérer le pays, pour faire en sorte que le choix des gabonais soit respecté et nous continuons notre route pour répondre aux préoccupations des gabonais», a-t-il martelé.

Pour clore à son niveau le débat sur la position de Michel Menga M’Essone par rapport au RHM dont il se dit «inexcusable», du fait de sa qualité de membre fondateur, le président du RHM a expliqué que  «les fondateurs de RHM sont une dizaine dont une bonne partie est derrière moi. Je peux vous dire que même le président que je suis est un militant comme les autres et ne peut pas être au-dessus des statuts et du règlement intérieur de notre parti. Donc tout cela ça permet d’animer les médias, et les journaux. Nous pouvons vous assurer que nous suivons la situation de près et que le moment venu vous serez informé des suites qui seront données à cette affaire», a-t-il conclu. 

Laissez votre commentaire