Barro Chambrier: «Nous avons tiré les enseignements des présidentielles de 2016»

Alexandre Barro Chambrier, président du Rassemblement héritage et modernité © GMT

Dans le cadre d’une conférence de presse donnée à son siège, sis à Awendjé, dans le 4ème arrondissements de Libreville, le président du Rassemblement héritage et modernité (RHM) est revenu sur l’importance de l’élection dont le premier acte se jouera au soir du 6 octobre prochain. C’est justement au nom de cette importance que le leader du RHM s’est prononcé sur la question de la sécurisation des votes. Alexandre Barro Chambrier  a tenu à rassurer ses électeurs quant aux mesures prises par la coalition RHM/UN pour pallier à toute tentative de fraude.



En amont de sa conférence, le numéro un du RHM est revenu sur les enjeux de cette élection jumelée du 06 octobre 2016, en rappelant aux Gabonais l’obligation de voter, non pas pour le plaisir de le faire, mais avec pour consigne d’obtenir la majorité.

Poursuivant son discours, Alexandre Barro Chambrier a tenu à rassurer ses électeurs sur les mesures prises par la coalition, visant à renforcer  le contrôle et la sécurisation des bulletins de vote. il a appris dit-il, «Nous avons tiré les enseignements de 2016 et avons pris les dispositions en nombre et en qualité de nos scrutateurs qui ont subi des formations, qui doivent effectivement prendre leurs responsabilités avec rigueur, sérieux pour faire en sorte que la victoire ne nous soit pas volée ».  

Avant d’ajouter, « à ce niveau, je pense que la nature de l’élection est de toute facon différente, puisque pour les législatives nous avons 143 circonscriptions, alors que l’élection présidentielle, nous avions une seule circonscription, où tous les résultats devaient être montés sur Libreville ». Comme pour expliquer que cette fois, les décomptes seront plus aisés à réaliser avec une maîtrise de la centralisation des procès verbaux.

Lors de cette rencontre, il a rappelé contrairement aux élections précédentes, «les résultats devraient être prononcés bureau de vote par bureau de vote et chaque représentant de candidat, chaque  représentant de parti devrait disposer du procès verbal». Un mécanisme qui selon lui devrait permettre la diffusion des résultats des urnes afin de conjurer toute tentative de leur changement « comme nous l’avons connu malheureusement en 2016 ».

Conscient de la capacité de nuisance des tenants du parti au pouvoir, il a tenu à tempérer en rappelant l’expertise de ceux qui penset-il, ont érigé la fraude en principe. « Mais vous savez qu’on ne peut jamais… être sûr à 100 pour 1000 que ceux qui ont la fraude dans l’ADN ne trouveront pas les moyens de fausser la volonté populaire, mais nous serons vigilants »s’est-il soucié.

Pour finir, le chef de file du (RHM) a invité tous les acteurs de la vie politique gabonaise prenant par à ces élections, à prendre leurs responsabilités, car c’est là une chance unique offerte au pays afin qu’il s’extirpe du marasme politique et institutionnel dans lequel il est englué. « Vous savez que le Gabon est une maison de verre où tout finit par se savoir. Mais j’invite nos adversaires à considérer qu’il s’agit d’une ultime chance pour que le peuple puisse librement choisir ses représentants, sans heurts ni contraintes qui risqueraient encore de mettre le feu et de compliquer encore la tâche pour l’unité nationale et pour la stabilité sociale de notre pays » a-t-il lancé.

Laissez votre commentaire