La BAD va investir 35 milliards de dollars pour soutenir l’industrialisation du continent

Les officiels lors de la cérémonie de restitution de l'étude sur l'industrialisation durable de la filière bois dans les pays du bassin du Congo © GMT

En vue d’autonomiser le continent et d’encourager le processus de diversification entamé par celuici, la Banque africaine de développement (BAD) entend bien s’investir aussi bien financièrement que structurellement. Ainsi, Ousmane Doré directeur général région centre de la BAD, a indiqué que l’institution investira 35 milliards de dollars sur les dix prochaines années.

La stratégie d’industrialisation a toujours joué un rôle essentiel en ce qui concerne le processus de diversification économique. Contribuant graduellement non seulement au développement, mais aussi au renforcement des conditions favorables à la croissance et à la diversification économique, l’industrialisation est un passage obligé peu importe la nation ou le continent.  

Malgré des efforts conséquents et répétés en vue d’atteindre un certain niveau d’industrialisation, l’Afrique reste en marge avec une part dans la valeur ajoutée manufacturière mondiale de moins de 3% alors que l’Asie et le Pacifique ont près de 50%. C’est donc en vue de réduire cet écart, que l’institution entend mobiliser 35 milliards de dollars sur 10 ans.

Pour Ousmane Doré, il s’agit avec cet investissement « d’aider l’Afrique à accroître son PIB pour le faire passer d’un peu plus de 700 milliards de dollars aujourd’hui, à plus de 1700 milliards de dollars d’ici 2030 ». Si le déficit d’infrastructures estimé à 170 milliards de dollars par an constitue un réel frein à cette entreprise, nul doute que la volonté y est.

Le défi de l’industrialisation et l’intégration du continent qui sous-tend sa diversification économique ne pourra être relevé qu’en prenant des mesures fortes. « L’Afrique doit s’industrialiser d’une manière qui permette l’intégration sociale et qui est viable pour l’environnement » déclarait Li Yong, directeur général de l’ONU pour le développement.

Laissez votre commentaire