Azur Gabon : l’Arcep hausse le ton !

© D.R

Dans un communiqué paru le 13 décembre 2017, l’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes (ARCEP), a tenue à interpeller l’ensemble des usagers de la téléphonie et l’opinion public sur la situation de la société «USAN Gabon», opérant sous la marque AZUR Gabon. Une situation particulièrement difficile, de plus en plus préoccupante, susceptible de conduire à court terme à des sanctions contre l’opérateur mobile.

Présent sur le territoire gabonais depuis 2009, la liste des griefs contre l’opérateur de téléphonie mobile Azur, ne cessent de s’allonger. Des reproches qui font l’unanimité, tant chez le consommateur que chez l’autorité de régulation (Arcep).

Il est entre reproché à Azur Gabon : la gestion calamiteuse, fortifiée les résultats négatifs déclarés chaque années; Des difficultés à faire face à la concurrence, en raison de capacités techniques et financières insuffisantes ne permettant notamment pas la couverture optimale du territoire national et l’implantation des technologies 3G et 4G; Des pratiques frauduleuses visant le détournement du trafic international ainsi que la création des routes nouvelles destinées à écouler du trafic en violation flagrante des textes en vigueur en la matière; Le non-paiement des salaires du personnel depuis maintenant au moins 7 mois; La suspension récente des liaisons d’interconnexion, du fait d’impayés envers ses partenaires Airtel Gabon et Gabon Telecom, et bien d’autres…

Au bord du dépôt de bilan, il y a deux mois, avec des dettes abyssales, et la chute vertigineuse de son chiffre d’affaires au 2e trimestre 2017, l’opérateur de téléphonie mobile peine encore à sortir la tête de l’eau. Bien qu’il ait annoncé en octobre dernier être sur le chemin de la «rédemption».

En orbite, et en déphasage total avec ses concurrents, qu’adviendra-t-il d’USAN Gabon? Quelles sont les sanctions qui planent sur la tête de l’opérateur mobile ? Lorsqu’on sait (selon ledit communiqué) que l’ARCEP, qui s’est «réuni en sa séance du 07 décembre, a par ailleurs décidé de prendre toutes les dispositions nécessaires et urgentes visant à mettre fin à cette situation qui a un impact négatif sur les équilibres macro-économiques du secteur des communications électroniques en République Gabonaise

Joël Lanti Ndigi III

Laissez votre avis