Axe Libreville-Kango: un calvaire pour les automobilistes

L’état de dégradation du réseau routier gabonais est un constat plus que récurrent sur l’ensemble du territoire, à l’exemple de La route nationale N°1, qui est l’unique voie d’entrée et de sortie de capitale  Libreville pour joindre l’intérieur du pays est dans un piteux état qui désole les usagers de cette route. Cette situation qui perdure depuis des années ne semble interpeller le gouvernement qui constitue un véritable calvaire quotidien aux conséquences socio économiques fâcheuses pour les automobilistes.

En effet, en empruntant cette route il est difficile de ne pas constater par exemple, que sur l’axe PK12-commune de Ntoum, les travaux d’élargissement de ce tronçon en 2X2 voies lancés en 2010 par Ali Bongo sont complètement en arrêt. L’entreprise adjudicataire, Entraco semble avoir abandonné le chantier depuis belle lurette.

Au Pk27 les travaux entamé pour la construction d’un long ouvrage d’art, est désormais à l’origine d’une dégradation de la route, notamment à cause de l’état piteux de la déviation créée.

Le constat est le même sur le linéaire Ntoum-Kango, où les automobilistes sont passés maîtres dans l’art d’esquiver les creuvasses qui se forment​ de jour en jours. Les usagers sont contraints de rouler au pas, à cause des gros nids de poules truffés sur la route.

Au vue d’une telle situation qui a des conséquences non seulement économique, mais qui met aussi en péril la vie des usagers de cette axe routier il serait nécessaire que le gouvernement met en place un véritable plan d’urgence pour réhabiliter la route nationale pour mieux fluidifier la mobilité des biens et de personnes.

Laissez votre avis