Les avocats d’Etienne Ngoubou exigent sa mise en liberté

Etienne Dieudonné Ngoubou © D.R

Le collectif des avocats de l’ancien ministre Dieudonné Etienne Ngoubou, ont exigé dans un communiqué rendu public, le samedi 17 février dernier, la mise en liberté immédiate de leur client, en détention provisoire depuis plus d’un an, à la prison centrale de Libreville.



Depuis le 12 janvier 2017, Etienne Dieudonné Ngoubou, ancien ministre est en détention provisoire dans le cadre de l’opération dite «Mamba», pour laquelle il lui est reproché des faits de détournement de fonds publics. Or, clament ses conseils, «il avait fourni les explications qui s’imposaient, sans qu’aucun document venant contredire ses affirmations ne lui soit présenté», précisent-ils.

Le collectif des avocats de l’ancien membre du gouvernement s’inquiète des violations continuelles et flagrantes des droits les plus fondamentaux, dont son client est victime depuis un peu plus d’un an. Ils fustigent entre autres, «l’incapacité de recevoir, dans le respect de sa dignité, les visites de sa femme qui depuis son arrestation lui apporte à manger chaque jour, la prison étant défaillante à lui procurer de quoi s’alimenter, le protocole proposé ne lui permet pas de garantir la protection, la sécurité et la fiabilité nécessaires des aliments qu’il reçoit et qui bien que protégés par un film alimentaire par son épouse, lui parviennent ouverts.», ainsi que la dégradation de son état qui nécessite une alimentation précise.

Par ailleurs, dénonçant une procédure entachée par d’innombrables vices de procédure, les avocats d’Etienne Dieudonné Ngoubou qualifient  sa détention d’arbitraire au regard de la loi. Ainsi,  elle est maintenue alors qu’aucune charge n’est étayée après plus d’un an.

Tout en rappelant que «le droit pour toute personne arrêtée d’être précisément informée des charges qui pèsent contre elle, ​est consacré par tous les instruments internationaux comme le préalable à tout procès équitable», le collectif des avocats de l’ancien ministre Etienne Dieudonné Ngoubou «exige la mise en liberté immédiate de ce dernier», en se fondant sur «l’absence d’éléments de preuve pouvant justifier son inculpation et sur ​l’absence de jugement un an après un placement en détention préventive désormais arbitraire, et​ ce au mépris ​aux dispositions légales​ en la matière»,concluent-ils.

Laissez votre commentaire