lundi,26 octobre 2020
Accueil A La Une Augmentation du prix du transport: le pied de nez des taximans à...

Augmentation du prix du transport: le pied de nez des taximans à Justin Ndoundangoye

Malgré la sortie du ministre des Transports Justin Ndoudangoye, qui s’est  insurgé contre la hausse jugée non conforme à la réglementation en vigueur du prix du transport, la Coalition nationale des syndicats du secteur des transports (Conasystra) tient mordicus à appliquer sa décision d’augmenter de 100 Fcfa le prix des trajets à Libreville, Akanda et Owendo.  

La Conasystra n’entend pas se laisser conter, en dépit du boycott du syndicat libre des transporteurs terrestres du Gabon (Sylteg) et la mise en garde du gouvernement. Ainsi, cette organisation syndicale regroupant de nombreux transporteurs urbains, interurbains et suburbains communément appelés « clandos », confirme sa décision d’augmenter de 100 Fcfa le prix de tous les trajets à Libreville et dans sa périphérie. 

Pour le secrétaire général et porte-parole de la coalition, Sylvain Mambari, leur décision se justifie par l’augmentation du prix du carburant deux fois de suite en six mois. Une situation qui a eu pour conséquence la hausse des prix dans plusieurs secteurs, notamment dans le transport. Pour le leader syndical, la décision prise en assemblée générale, le 22 juin dernier, était inévitable au risque d’asphyxier les transporteurs qui ont vu leur marge bénéficiaire s’amoindrir avec les augmentations successives, de l’ordre de 30% en trois ans, du carburant observée en République gabonaise.

Il a d’ailleurs souligné que cette décision semble logique puisque depuis plusieurs années,  le prix du transport a augmenté. « Il y a des zones où le tarif a été augmenté depuis longtemps, notamment l’axe IAI-Delta Postal, où le tarif est allé de 300 à 500 Fcfa; et pour l’axe Awendjé-PK12 où l’arrêt est fixé à 500 Fcfa, alors qu’à l’époque nous payions 300 », a-t-il relevé. Une précision qui est corroborée par plusieurs usagers des transports en commun qui estiment que le ministre des Transports n’est pas au fait des réalités qu’ils endurent. 

Même si l’autre syndicat de transporteurs affirme que cette augmentation est peu suivie, de nombreux Librevillois ont déjà pu constater qu’il devient quasi impossible de prendre un taxi à 100 Fcfa et cela depuis plusieurs années. Dans certaines zones où circulent les clandos, telles que à Avea-Saint Michel ou encore Plein-ciel Bisségué-Voie express le prix est passé du simple au double. 

La mise en garde de Justin Ndoundangoye ressemble plus à une volonté du membre du gouvernement de se donner bonne conscience plutôt que de résoudre une problématique à laquelle les usagers des transports en commun font face et semblent impuissants, surtout que l’Etat n’oppose à ces professionnels du transport en commun aucune concurrence susceptible d’amener les usagers à avoir un panel de choix sur le moyen de transport à utiliser au quotidien. Toute chose qui pourrait un tant soit peu contraindre la Conasystra à se plier aux injonctions des autorités

Laissez votre commentaire

Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Global Media Time Gif 2px
Street 103 Gabon Gmt