Augmentation des prix due à l’entrée en vigueur de la Contribution spéciale de solidarité

© D.R

C’est la question que pourraient se poser les consommateurs au vue de l’augmentation du coût de certains biens et services sur le marché. En effet, depuis l’entrée en vigueur de la Contribution spéciale de solidarité (CSS) le 15 mars dernier, de nombreux citoyens se plaignent de l’augmentation sans raison apparente des prix de plusieurs produits dans les grandes surfaces du pays, mais aussi de certains services, et se demandent si cette hausse observée ne serait pas due à l’entrée en vigueur de cette nouvelle contribution.  

En effet, le prélèvement de cette nouvelle taxe inscrite dans la loi des finances 2017, vient en remplacement de la redevance obligatoire d’assurance maladie (ROAM). Cette dernière qui était précédemment  financée par les opérateurs de téléphonie mobile, qui sera donc remplacée​ par la CSS verra le nombre de ses contributeurs s’étendre, puisque l’ensemble des entreprises y sera désormais assujetti. La Contribution spéciale de solidarité est depuis le 15 mars prélevée auprès des entreprises sur les factures des biens et services et est fixée à 1%. Elle est collectée chaque mois et versée le 20 du mois suivant auprès du receveur des impôts dans les mêmes formes et conditions que la TVA.

Ainsi, depuis l’entrée en vigueur de cette nouvelle contribution fiscale, les populations ont  constaté une hausse tendancielle du coût de leur facture, puisque prélevé à hauteur de 1% sur  les factures de biens et services de toutes les entreprises installées dans le pays, ces dernières ont dû procéder à la majoration de leur prestation pour ce qui concerne les services, mais aussi les prix des produits de consommation courante.

Pour exemple au niveau de  la gare ferroviaire d’Owendo, les usagers ont constaté une augmentation du prix des tickets de transport. Pour les passagers de l’Express (Trans-Ogooué) en partance pour Mouanda, le billet en classe VIP est passé de 59 800 Fcfa à 60 300 Fcfa. Pour les autres destinations et catégories, une hausse de 40 à 500 francs a été enregistrée. Même constat dans les rayons des magasins et grandes surfaces, où plusieurs produits ont vu leur prix grimper sans qu’une communication n’ait été faite au préalable.

En outre, bien que cette contribution a été instituée pour une raison importante, puisque  destinée au financement des soins de santé et de maternité des Gabonais économiquement faibles (GEF). Le gouvernement aurait mieux fait de communiquer sur les objectifs de cette contribution de solidarité, qui mis en place dans un contexte de grave crise économique donne l’impression au contribuable de se laisser flouer une fois de plus.

Laissez votre avis