dimanche,27 septembre 2020
Accueil A La Une Audition de Justin Ndoudangoye : la presse interdite d’accès à l’Assemblée nationale

Audition de Justin Ndoudangoye : la presse interdite d’accès à l’Assemblée nationale

C’est sous haute présence des forces de sécurité et de défense que l’audition du député du 2ème arrondissement de la commune de Franceville Justin Ndoudangoye s’est ouverte ce jeudi 26 décembre 2019 en début d’après-midi. Une audition qui se déroule actuellement sans la présence des médias qui ont été sèchement refoulés par les agents des forces de police nationale présents dans l’enceinte du siège provisoire de l’Assemblée nationale. 

Alors que la loi  n°019/2016 du 09 août 2016 portant Code de la communication en République gabonaise dispose en son article 56 que « les professionnels de la communication ont libre accès à la collecte, au traitement et à la diffusion de l’information », ce droit vient encore une fois d’être bafoué avec semble-t-il la bénédiction du Bureau de l’Assemblée nationale. 

En effet, les journalistes présents dans le cadre de la couverture et la retransmission de l’audition de l’ancien ministre des Transports Justin Ndoudangoye ont reçu une fin de non recevoir de la part des forces de l’ordre qui ont littéralement barricadé la représentation nationale. 

Une action qui viole non seulement les dispositions du Code de la communication qui reconnaît le droit au libre accès à l’information et bafoue les règles démocratiques et de transparence pilier de l’Etat de droit, mais viole allègrement la Constitution de la République. Alors que l’article 44 de la loi fondamentale dispose que « les séances du Parlement sont publiques. Un compte-rendu intégral des débats est publié au journal des débats », des citoyens, qui plus est des professionnels de l’information, sont empêchés de rendre compte de la tenue d’une séance au sein de la Maison du peuple. 

Si cette situation dénote d’une propension des forces de sécurité et de défense à violer les droits des citoyens gabonais, elle met également en lumière l’attitude pour le moins suspicieuse de ses représentants qui votent des lois et s’érigent encore eux-mêmes baffoueurs desdites lois en entravant la couverture de la procédure de levée de l’immunité parlementaire d’un de leur collègue.  

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Street 103 Gabon Gmt