ARTF: Les employés sans salaires depuis trois mois

Justin Ndoundangoye, Secrétaire exécutif de l'ARTF © D.R

Voilà maintenant trois mois que les employés de l’Autorité de régulation des transports ferroviaires (ARTF) sont sans salaires, rapporte Echos du Nord. Des responsables de familles, qui ne savent plus à quel saint se vouer pour subvenir à leurs besoins. Pendant ce temps, du côté de l’administration de cette institution, l’heure est à la célébration du 8eme anniversaire de cette autorité.

Chacun ses problèmes, a-t-on coutume de dire de façon légère. Mais cette petite phrase trouve tout son sens dans le cauchemar que vivent les employés de l’Autorité de régulation des transports ferroviaires. Des employés sans salaires, sans ressources, sans perspectives, voilà ce qu’ils sont devenus. Mais c’est bien au-delà du simple salaire qu’on leur a pris, c’est leur dignité et celle de leurs familles qu’on leur arrache. Car désormais bon nombre d’entre eux croulent sous le poids des dettes, contractées pour subvenir aux besoins alimentaires et scolaires des leurs.

Mois après mois, l’administration de l’ARTF leur promettant le versement de leurs rémunérations, sans que dans les faits cela n’arrive. Mais plus récemment encore, l’entité a poussé le vice. Pour le 8ème anniversaire de l’Autorité de régulation, se sont des sommes faramineuses qui qui aurait servi à l’organisation de la cérémonie au grand dam des salariés.

Comme pour donner un sens à cette célébration et certainement pour coller à l’actualité qui prévalait à ce moment, le Secrétaire exécutif a organisé une conférence scientifique dans un hôtel de la place, sur le thème «développement d’une méthodologie de diagnostic des voies ferrées dans le contexte gabonais». C’était le 26 février dernier avec l’appui de l’Institut Pascal de l’Université Clermont Auvergne.

A Cette conférence prenaient part, la direction de la SETRAG, le représentant du ministre des transports, la direction de l’ANGT, le président du Comité de privatisation, ainsi que des représentants des bureaux d’expertises. «Une véritable désolation pour l’Autorité de régulation des transports ferroviaires, pourtant sous tutelle du Ministère des transports, qui n’arrive pas à verser les salaires à ces agents», concluent nos confrères.

Laissez votre commentaire