Arnauld Engandji édifie les jeunes de l’opposition sur le travail illégal

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Jeunesse, Arnauld Calixte Engandji Alandji © D.R

Le lundi 4 juin 2018 dernier, le ministre du Travail, Arnauld Engandji, a présidé une séance de travail à son Cabinet avec les jeunes se réclamant de l’Opposition, sur la méthodologie à adopter pour garantir l’employabilité des jeunes gabonais. Une mise au point qui intervient une semaine après la publication d’une circulaire sur les dispositions légales et réglementations en matière du travail.

Souhaitant en savoir plus sur les récentes mesures concernant le respect de la législation du travail, Enrique Mamboundou, Aimé Martial Obiang Mvé, Amiss Kombo, Ghislain Ngui Nze, Alain Gauthier Mvomo et bien d’autres jeunes se réclamant de l’opposition, ont été reçus par le ministre du Travail, Arnauld Engandji.  Ce dernier, s’est fait le devoir de les édifier sur cette question qui cristallise le débat au sein de l’opinion depuis quelques semaines.

«J’ai essayé de préciser les choses en indiquant qu’il était ici question d’accepter un certain nombre de réalités», a-t-il indiqué. Ces réalités étant que le Gabon dispose d’une importante main d’œuvre étrangère qui occupe aujourd’hui la majorité du secteur informel.

Le but selon le membre du gouvernement est de restructurer ce secteur. «Il faudra récupérer certains emplois pour les nationaux et laisser d’autres aux étrangers. Dans ce cas de figure, il faudra trouver le moyen de faire bénéficier cette expertise aux nationaux. Soit par la formation ou l’accompagnement du transfert de compétence», a-t-il expliqué.

En effet, la circulaire sur les dispositions légales et réglementaires en matière de travail publié depuis la semaine dernière, permettra dans une moindre mesure d’assainir certains secteurs d’activités pour  libérer des postes qui pourraient par la suite revenir aux nationaux.

Des explications qui n’ont pas manqué d’être saluées par les jeunes proches de l’opposition «Nous avons discuté de l’employabilité des jeunes. Et nous trouvons cette mesure assez importante et intéressante. Elle permettra au gabonais d’intégrer certains secteurs d’activités majoritairement aux mains des étrangers», a déclaré le secrétaire général du mouvement Citoyen conscient, Aimé Martial Obiang Mve. Ils ont promis de tout faire pour que cette nouvelle mesure puisse prendre son «envol», avec en ligne de mire, la réduction du chômage dans notre pays.

Laissez votre commentaire