Appel du 18 août : Oyem, Port-Gentil et Tchibanga dans la rue

L’appel lancé par Jean Ping le 18 août dernier et réitéré par la Coalition pour la Nouvelle République ce jeudi 24 août 2017 semble avoir reçu un écho particulier auprès des populations gabonaises. Ainsi, ce vendredi 25 août plusieurs villes du pays l’ont largement suivi.

En effet, faisant suite au discours prononcé par Jean Ping à l’occasion de la célébration du 57ème anniversaire de l’indépendance du Gabon, où il appelait à «organiser (…) , jusqu’au départ des putschistes toute manifestation civique conforme aux droits à la libre expression, à la liberté de manifester, et aux droits fondamentaux prescrits par la Constitution», les populations de plusieurs villes se sont rassemblées pour battre le pavé.

Ainsi, d’Oyem à Tchibanga en passant par la capitale économique, Port-gentil des centaines de personnes ont tenu à répondre à l’appel à contester la légitimité d’Ali Bongo, réitéré hier encore par la Coalition pour la nouvelle République.

Port-Gentil

Par ailleurs, à Port-gentil, où la mobilisation s’est faite depuis les premières lueurs du jour, des affrontements ont été observés, et les forces de sécurité ont procédé à la destruction du quartier général de Féfé Onanga, l’un des leaders de la Coalition dans l’Ogooué-maritime. Dans la même province, à Omboué particulièrement, ville natale de Jean Ping, les populations se sont rassemblées depuis le jeudi 24 août au soir au domicile de ce dernier; les gendarmes ayant interdit tout rassemblement dans la petite ville.

A Libreville, où le rassemblement est prévu se tenir au quartier général de Jean Ping, les populations ont commencé à affluer vers le lieu, malgré le blocus des voies menant au quartier Charbonnages par les forces de sécurité et de défenses.

Tchibanga dans la Nyanga

Laissez votre avis