APADIE: Une nouvelle association des parents d’élèves voit le jour

Nicolas Nguema, Présidenrt de l'APADIE © GMT

Ce jeudi 2 mars 2017, s’est tenue la conférence de presse de l’Association des parents  pour la défense des intérêts des élèves et étudiants (Apadie) à la Chambre de commerce de Libreville. Il s’agissait pour le président de cette nouvelle structure, Nicolas Nguema et son équipe de présenter officiellement l’association et lancer ses activités.

Sur les motivations de la création de cette association, Nicolas Nguema a affirmé : « parce que nous sommes parents, parce que nous avons été élèves et qu’aujourd’hui nous sommes parents d’élèves. Parce que nous sommes patriotes et que l’éducation de nos enfants dépend du corps enseignant, nous avons créé l’Apadie pour soutenir à la face du monde ces élèves et ces enseignants dont le sort est cruellement menacé ».

Une aubaine pour les élèves et étudiants abandonnés à eux-mêmes sans véritable représentant dans le corps parental. Le président de la nouvelle association des parents d’élèves a par ailleurs précisé : « notre cause n’est pas politique mais sociale. L’urgence de la situation nous adjoint à les défendre sur tous les plans légaux afin que cesse les sévices dont ils sont victimes, tant physiques que moraux ou professionnel. Nous nous sommes donnés le devoir d’informer et sensibiliser la population sur ces injustices ».

Ndzonga Axel, membre de l’association a rappelé à la presse l’absence remarquée de la Fédération nationale des parents d’élèves du Gabon (Fenapeg) et l’opacité avec laquelle cette association fonctionne aujourd’hui.

Foumboula Geoffroy, président de l’ONG Educaf invité à cette conférence a constaté l’insensibilité des parents d’élèves lorsque l’éducation de leurs enfants est menacée sinon «comment comprendre que ces derniers envoient leurs enfants dans ces établissements qui ne répondent pas aux normes? Le gouvernement n’en parlons même il a décidé de hisser le Gabon au 1er rang de la plaisanterie. C’est un crime académique», a t-il lancé. A l’endroi des Ong il a lancé «vous êtes complices de ce crime académique! Parents, gouvernants, étudiants et élèvent doivent parler le même langage».

Pour ce qui est du Snec, Jean-Rémi Yama a d’entrée de jeu souhaité à l’Apadie d’être active sur le terrain. Il a tristement rappelé la place de la 1ère université gabonaise dans le classement des meilleurs universités africaines. «L’enseignant ne donnera le meilleur de lui même que si il est dans de bonnes conditions», a t-il conclu.

L’Apadie a rappelé que «tous les parents sont susceptibles de donner leurs avis, leurs propositions pour des actions pérennes dans le milieu de l’éducation. Elle répond au  07450030».

Laissez votre avis