Annie Léa Meye Obam : une femme politique à la conquête de « l’alternance »

Enseignante d’histoire-géographie et femme politique gabonaise, Annie Léa Meye Obam est née en 1968, d’Obam Abessolo et de Jacqueline Obone Ep. Obam. Elle commence ses études primaires à Ndendé dans la Ngounié puis, à l’école primaire d’Akébé mixte de Libreville où elle obtient son entrée en 6ème  Elle décroche son baccalauréat à l’Institut Immaculée Conception avant de poursuivre ses études supérieures à l’université Omar Bongo (UOB) et à l’Ecole normale supérieure (ENSS) où elle sort diplômée en histoire-géographie.

Cooptée par un responsable de Gabon Avenir, parti membre de la majorité présidentielle, elle fait ses premiers pas en politique en 2002 et débute ses premières causeries en 2005 aux côtés d’autres femmes des partis de la majorité.

Cet univers ne correspondant pas à ses aspirations profondes,  elle quitte Gabon Avenir en 2006 et crée avec d’autres femmes l’ONG « Cri de femmes », dont elle a été secrétaire générale pendant quatre ans.

En 2009, le Gabon traverse une période tumultueuse de son histoire avec le décès brutal du président de la République, Omar Bongo Ondimba le 08 juin à Barcelone. Annie Léa  Meye Obam se joint à d’autres compatriotes pour appeler à une candidature unique au cours de la transition.

De cette initiative naît un mouvement pour l’alternance et le changement. Militante de première heure de l’Union nationale (UN) dès sa création en 2010. En 2015 après la mort du secrétaire exécutif du parti, elle poursuit son combat pour l’alternance au côté de Jean Ping, jusqu’à sa candidature à l’élection présidentielle du 31 août 2016.  Une détermination qui l’a conduite à jouer un rôle de premier rang au côté de plusieurs de ses pairs, durant la crise postélectorale.  

Vice-présidente des “Souverainistes écologistes”, après plusieurs mois de recul imposés par son état de santé, elle annonce lors d’une première sortie publique, le 9 septembre 2017 son retrait de la “galaxie Ping’’ et décide de poursuivre son combat pour l’alternance au côté du peuple gabonais, après avoir pris des congés avec sa formation politique.

Laissez votre avis