Annie Flore Batchiellilys : « en 50 ans j’ai obtenu zéro milliard de droit d’auteur»

Décontractée, joviale et heureuse comme on l’a toujours vu sur scène, Annie-Flore Batchiellilys s’est offert un concert à l’Institut français de Libreville pour célébrer son cinquantième anniversaire.  

GABON LIBREVILLE

 

D’entrée de jeu, la chanteuse, musicienne et compositrice gabonaise alliant les formes traditionnelles de chant au jazz et au blues a planté le décor avec un poème mettant en exergue son âge. D’un air taquin, elle a  rappelé à l’assistance qu’«en 50 ans j’ai obtenu zéro milliard de droit d’auteur» pour décrire la situation précaire dans laquelle les artistes  gabonais sont plongés depuis toujours.

 

Pour rendre hommage à cette femme qui l’a mise au monde en 1967 à Tchibanga, l’artiste a invité sa mère sur scène qui n’a pas manqué d’exprimer sa joie de l’avoir eu comme fille. «J’étais contente d’avoir enfin une copine après avoir enfanté des garçons» a-t-elle déclaré. Et de poursuivre : «lorsqu’elle a gagné son concours de chant, j’ai pleuré». Concours durant lequel elle avait été remarquée  par Pierre-Claver Akendengue à qui elle a d’ailleurs rendu hommage. «Je  vous remercie d’être là pour elle, vous êtes sa famille aujourd’hui» a-t-elle laissé échapper.

 

Sans transition, Annie-Flore Batchiellilys a bercé la salle avec différents rythmes, du titre “ À nos anges” en passant par  Bissu Ngabu”, “Diboti” et “ Je t’invite”, la salle n’était plus que cris et joie. À ce jour, Annie-Flore est auteur de 9 albums et entend continuer son chemin.

Laissez votre commentaire