Anges Kevin Nzigou présent au 61ème Congrès de l’Union Internationale des Avocats

Anges Kevin Nzigou 2ème sur la gauche © D.R

Avocat au barreau du Gabon et 3ème Vice président chargé de l’implantation du parti politique de l’opposition Les Upgistes Solidaires (LUS); ancienne UPG-tendance Moukagni Iwangou, Maître Anges Kevin Nzigou a pris par, le samedi 28 octobre dernier, au 61ème Congrès de l’Union Internationale des Avocats (UIA). Congrès au cours duquel il est intervenu sur le panel “ le droit de ne pas subir la corruption devrait-il être un droit de l’homme?”.  

Au moment de sa prise de parole qui portait notamment sur  la question de savoir «comment les tribunaux nationaux traitent-ils ces questions?», Anges Kevin Nzigou a précisé qu’«un enjeu majeur dans la plupart des pays et constitue un indicateur de fréquentabilité” dans bien de cas»; « Lutter contre la corruption est une affirmation facile à formuler, les campagnes pour s’en convaincre sont multiples et coûteuses surtout dans les systèmes qui ont pour credo d’en parler le plus pour en faire le moins»; a-t-il poursuivi.

Pour l’avocat au barreau du Gabon, la corruption ne pourra sérieusement être prise en compte par les juridictions nationales que si le système politique national se démocratise réellement. « la complicité des tenants du pouvoir ne peut que favoriser le fléau qui constitue un pilier du cercle vicieux qui est à l’origine des dictatures et maintien au pouvoir d’un système rejeté par la majorité des gabonais. Dans ce contexte, il est impossible que le fléau de la corruption fasse partie de la politique pénale de nos tribunaux nationaux »; a-t-il martelé.

A ces acteurs judiciaires, Anges Kevin Nzigou y ajoute la société civile et une presse libre qui selon lui, sont des moyens efficaces de lutte contre la corruption mais relève tout de même les difficultés qu’ils peuvent rencontrer en pratique : «dans un système totalitaire comment envisager la liberté d’expression sans courir le risque de mettre en péril la vie des “lanceurs d’alerte”»; a-t-il conclu.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire