Anges Kevin Nzigou : «Après la résistance, il y’a un nouveau mot d’ordre qui doit naître : Dégagez!»

Au cours du meeting citoyen qu’il a animé ce samedi 29 juillet, le jeune leader politique, Anges Kevin Nzigou, a interpellé l’assistance sur la nécessité de s’accaparer du principe de la citoyenneté qui devrait être un leitmotiv dans le débat politique. Il n’a pas manqué de faire un inventaire des 50 ans de règne du parti démocratique gabonais (PDG) qui, selon lui a contribué à détruire l’esprit de citoyenneté chez le gabonais.

Lors de son discours de circonstance, Anges Kevin Nzigou a indiqué que son combat s’inscrit dans le chemin de la mise en avant du principe de «la citoyenneté» qui est piétiné depuis près de 50 ans par le système au pouvoir. «Je pense à toutes celles, à tous ceux qui sont forcés de vivre à l’étranger, parce qu’ils sont oubliés de la République et qu’ils se sentent étrangers et inutiles chez eux, et je pense à la situation pire encore de ceux qui n’ont pas les moyens de s’exiler et qui doivent supporter sans rien dire le mépris, les provocations, et ces arrogances qui font de chaque nuit un cauchemar»; a t-il déploré.

Il a dressé un tableau sombre de la question des droits du citoyen depuis plusieurs décennies du pouvoir PDG. Ainsi, il a souligné que «les citoyens gabonais ont été trahis, et ils l’ont été avec constance par tous les gouvernements qui se sont succédés depuis cinquante ans, qui ont laissé le système BONGO-PDG s’accaparer des pans entiers de la souveraineté nationale».

«Cette dépossession de la souveraineté a privé les gabonais d’au moins 3 piliers fondamentaux : la liberté économique, la liberté législative et la liberté du suffrage c’est-à-dire de décider qui dirige notre pays»; a t-il relevé.

En outre, il a évoqué ses craintes concernant la question du déni de droit exercé contre le peuple, soulignant que «tout observateur lucide et objectif de notre vie commune voit monter les problèmes et que, depuis trop d’années, d’intimidations en d’intimidations, et d’agressions en terrorisme politique, la perspective de la guerre civile n’est plus un fantasme».

Par ailleurs, il a appelé à une révolution citoyenne qui devrait permettre la mise hors d’état de nuire ce système qui a contribué à ralentir le développement du pays «au moment où, le système BONGO tombe, Il faut que nous changions tout si nous ne voulons pas que tout change contre nous !»; a indiqué Anges Kevin Nzigou.

Avant de préciser à l’endroit des citoyens, qu’après «la résistance, il y’a un nouveau mot d’ordre qui doit naître : Dégagez!». «Dégagez pour que soient abolis les privilèges de la finance, ceux de la naissance ou ceux de la caste insolente qui occupe tous les pouvoirs et se les répartit, ceux de la monarchie présidentielle et de toutes les suites dorées du capital !»; a t-il lancé avec un ton très déterminé.

Laissez nous votre commentaires