Allocation chômage: les bénéficiaires attendent toujours

Présenté par le ministre d’Etat, ministre en charge du Développement social et familial, Paul Biyoghé Mba le 23 mars 2017, le nouveau Code de sécurité sociale prévoyait l’octroi d’une allocation chômage qui devrait permettre de soutenir les personnes au chômage, jusqu’à ce qu’ils retrouvent un emploi. Sauf qu’une année après l’annonce de cette mesure qui constituait une réelle avancée, son entrée en vigueur semble avoir été relayée aux calendes Grec.

La mise en oeuvre de ce nouveau Code de sécurité sociale avait pour objectif selon le gouvernement, d’élargir la couverture sociale sur d’autres affiliés, garantissant ainsi une prise en charge des différentes couches sociales du pays. Mais comme plusieurs projets avant, elle n’aura vécu que le temps de son annonce, donnant l’impression au sein de l’opinion qu’aucune volonté ne semble animer les pouvoirs publics pour l’amélioration des conditions de vie des populations gabonaises.

Il faut rappeler que l’octroie de cette allocation chômage devait bénéficier à près de  120 000 individus. Le taux de chômage s’élevant à 20 % au Gabon selon les autorités. Le nouveau code devrait ainsi offrir plus de garantie pour les chômeurs avec notamment la création d’un compte d’épargne chômeur, un fonds de solidarité et d’activation de l’emploi, une allocation chômage.

Une situation d’ailleurs que regrettent certains demandeurs d’emplois qui y voient une fois de plus une fausse promesse du gouvernement dirigé par Emmanuel Issoze Ngondet. «Nous sommes déjà habitués par à ce genre de promesse depuis belle lurette. Ils sont toujours prompts à annoncer des projets, après avec le temps plus rien n’est visible, à croire que ce qui les intéresse c’est juste demander nos voix chaque fois qu’il y a une élection et après servir leur propre intérêt», a relevé un citoyen.

La non mise en oeuvre de cette mesure salutaire, dans un pays où le chômage constitue un véritable problème chez la population active, devrait dès lors interpeller les autorités afin que pour une fois leur promesse se transforme en acte.

Laissez votre commentaire