Ali Bongo signe l’accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine

Ali Bongo Ondimba lors de la signature de l'accord pour la ZLECA © D.R

Ce mercredi 21 mars 2018, à Kigali, la capitale du Rwanda, le président Ali Bongo Ondimba, a signé l’accord historique marquant le lancement officiel de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), à l’occasion du Sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine, a confié la presse présidentielle.

Ce sommet extraordinaire dont l’ordre du jour portait essentiellement sur la ZLECA, a permis aux chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine parapher l’acte fondateur de cette vaste zone d’échange continentale.

Ali Bongo Ondimba, qui a pris la parole à cette occasion n’a pas caché son optimisme quant au succès cet accord qui «favorisera la création de nombreux emplois et une croissance plus inclusive porteuse d’un développement harmonieux et équilibré pour notre continent», a-t-il déclaré.

Pour le président de la République, l’intégration continentale africaine demeure la seule option pour l’émergence économique de l’Afrique, ainsi que son insertion dans le concert des Nations et dans une économie mondiale et globalisée en constante mutation.

Cette  Zone de libre-échange continentale africaine demeure un projet majeur pour la région d’Afrique centrale, l’une des plus riches du continent. Le Gabon devrait également tirer avantage de ce vaste marché africain.

La mise en œuvre de la ZLECA permettra la suppression des barrières tarifaires et douanières entre les pays signataires, le renforcement de la compétitivité africaine en plus de stimuler le commerce intra-Africain de 53 %. Aussi, elle favorisera l’ouverture sur le continent d’un marché commun de 1,2 milliard de consommateurs.

Au total, ce sont 44 chefs d’Etat et de gouvernement dont le Président Ali Bongo Ondimba, qui ont tour à tour, signé l’accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine.

Avec DCP

Laissez votre commentaire